AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
┼ L'oiseau d'Islande ┼
avatar

Messages : 1212
Date d'inscription : 02/06/2010
Age : 42

... Suite ...
Animal: Von (Renard roux)
Etudes: Musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Jeu 19 Jan - 23:39

Toute la tablée répéta les vœux d’usages et le repas commença alors dans une bonne humeur ambiante. Chacun avait saisi sa fourchette et mangeait avec faim l’entrée confectionnée par les deux cuisiniers. Cela sembla d’ailleurs leur plaire car les seules paroles qui furent émises lors de ce repas, furent des compliments sur la nourriture que les membres du petit groupe s’empressaient de déguster. Après une dizaine de minute, les assiettes furent vides et certains avaient même utilisé du pain pour récupérer toute la sauce sur le morceau de céramique. Pendant ce temps, Von fut tiré de son sommeil par des petits coups d’ailes. Le goupil ouvrit alors les yeux et se retrouva nez à nez avec le griffon.

- * Dis Von, tu pourrais demander à Jon s’ils pourraient nous laisser de quoi manger tous seuls dans la cuisine s’il-te plaît ? Ils sont un peu nombreux autour de la table là… *

Le renard s’étira et après quelques instants, il galopa jusqu’à la porte de la cuisine.

- * Hum… Excellente idée ! *

Von s’assit alors devant la porte et afficha un grand sourire, ou du moins l’équivalent pour un renard.

- * Jooooon ? On a faim ! *

L’islandais soupira discrètement.

- * Je m’en occupe… Laisse-moi juste le temps. *

Mais tandis que l’islandais discutait avec son compagnon, les parents de Lynda engagèrent la conversation.

- C’était vraiment bon. Où avez-vous appris à cuisiner ce plat ?

Alex et Jon se regardèrent quelques instants, un discret sourire complice sur le visage.

- C’est une recette personnelle qu’on a inventé il y a… Quelques temps.

La famille de Lynda et Karl semblèrent assez surpris de la réponse et le père de Lynda, apparemment insatiable, continua ses questions.

- Vous avez reçu une formation ou vous faites ça chez vous pour le plaisir ?

- Un peu des deux… Jon a déjà pris des cours et moi, j’apprends avec lui.

L’islandais en profita alors pour se lever.

- D’ailleurs, la suite est prête… Alex ?

Le jeune américain se leva à son tour en souriant et les deux amis disparurent dans la cuisine avec les assiettes sales, Von et Dragniz sur leurs talons. Jon s’en fut installer les assiettes sur la table tandis qu’Alex rangeait la vaisselle dans l’appareil prévu pour les laver. Puis, l’américain s’occupa de remplir les assiettes creuses de belle soupe verte, le tout avec soin. Pendant ce temps, l’islandais déposait à manger pour les trois compagnons, à savoir des graines pour Kara, des fruits et de la soupe pour Von et les quelques restes consistants du frigidaire pour le griffon à l’appétit colossal.

- * Merci Jon ! *

Von s’empressa de courir jusqu’à l’assiette préparée par son compagnon et commença à manger avec voracité.

- * Et vous restez là jusqu’au dessert, d’accord ? *

- * Ouais, ouais… *

Les deux cuisiniers s’en retournèrent alors dans le salon avec quatre assiettes puis revinrent chercher le reste après quelques minutes.

- * Au fait, tu vas supporter les questions d’Aslander et Sheila ? *

L’islandais s’arrêta dans son mouvement alors qu’il allait passer la porte avec son assiette.

- * Hein ? *

- * Bah ils te posent des questions… Enfin plutôt à Alex… *

- * Ouais ça va… Mais comment connais-tu leurs prénoms ? *

- * Bof… Ils l’ont dit tout à l’heure… Après je me suis endormi… *

- * Ok… Bref, bon appétit ! *

- * Merci… Toi aussi avec ta soupe ! *

Et Jon rejoignit alors les autres à table qui, visiblement, semblaient se demander ce qu’il avait bien pu faire dans la cuisine pendant autant de temps. L’islandais se contenta de sourire légèrement et s’assit aux côtés d’Alex avant de se frotter discrètement le nez. La tablée étant enfin au complet, le petit groupe put déguster la suite du repas. Mais cette fois-ci, la conversation engagée précédemment continua.

- Comment avez-vous connu Karl ?

- Nous nous sommes rencontré dans un bowling peu avant la rentrée, nous avons joué ensemble et… Sympathisé !

La mère de Lynda sembla satisfaite de la réponse tandis que Jon avait de plus en plus l’impression de subir un interrogatoire. En même temps, il fallait bien que les deux époux connaissent un minimum ceux qui venait chez eux.

- Et que faites-vous en Irlande ? D’après votre prononciation, vous êtes américain, n’est-ce pas ?

Alex afficha un léger sourire, qu’on puisse le reconnaitre grâce à son accent le faisait toujours rire.

- Nous sommes venus pour prendre une pause. J’enseigne l’art et le design dans une université voisine et Jon, la musique dans celle de Karl.

Puis, la discussion s’arrêta quelques minutes. Les derniers finissaient leur soupe tandis que d’autres attendaient patiemment la suite.

- Où comptez vous sortir ce soir ?

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Tjùùùù...


" I am a very positive guy, I am quite happy in general, so... I think that if you think positive, the… The force is with you ! Basically. "

Álafoss - Sigur Rós
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 20/02/2011

... Suite ...
Animal: Dragniz, un griffon
Etudes: De tout, avec une dominante musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Mar 24 Jan - 0:51

La remarque du griffon sembla donner des ailes au goupil qui s’étira pour se lever et fila jusqu’à la porte de la cuisine en réfléchissant à voix haute…

’’* Hum… Excellente idée ! *’’

Dragniz vit l’animal islandais se poser devant la cuisine avec un sourire et dans une posture comme le Chat Potté dans Shreck, ou presque… pitoyable quoi, et donc drôlement effectif ! Enfin, c’est ce qu’espéra la créature ailée… pendant que son compagnon mangeait déjà lui à la table des irlandais. Ils avaient fini l’entrée, ou amuse-gueule selon le point de vue et la faim de la personne la décrivant, et les parents de Lynda commencèrent à parler aux deux cuisiniers de la manière la plus évidente possible.

’’C’était vraiment bon. Où avez-vous appris à cuisiner ce plat ?’’

La question laissa un petit blanc pendant lequel les deux amoureux se regardèrent, comme pour se remémorer quelque chose ou se mettre d’accord sur la version des faits… on pouvait même discerner un mince sourire sur leurs visages qui pouvait laisser penser qu’ils pensaient à une histoire drôle dans leur passé commun...

’’C’est une recette personnelle qu’on a inventé il y a… Quelques temps.’’

Je sais pas pourquoi, mais je me doutais que c’était pas très naturel tout ça… mais c’est bon, c’est ce qui compte !

Karl eut un sourire en coin à sa réflexion, tandis que le père de Lynda sembla être intéressé par la vie des deux jeunes hommes à sa table et voulut en savoir encore plus sur eux.

’’Vous avez reçu une formation ou vous faites ça chez vous pour le plaisir ?’’

’’Un peu des deux… Jon a déjà pris des cours et moi, j’apprends avec lui.’’

Se sentant ciblé sûrement et voulant éviter de répondre à d’éventuelles questions, s’imagina l’allemand, l’islandais se leva alors avec une, tout de même, bonne idée !

’’D’ailleurs, la suite est prête… Alex ?’’

’’*D’ailleurs… Dragn’ ? Tu as réussi à te débrouiller pour avoir à manger finalement ?*’’

’’*Dès que Jon et Alex passent dans la cuisine, Von et moi, on leur saute dessus !*’’

Alex se leva comme son petit ami et ils s’en allèrent tous deux en cuisine avec toutes les assiettes ‘’sales’’, si on pouvait nommer ainsi ces assiettes proprement vidées et épurées à coups de morceaux de pain… Dragniz et Von les suivirent avec patience, et pendant que l’islandais préparait les assiettes sur la table de la cuisine, Alex rangeait les assiettes déjà utilisées dans le lave-vaisselle. Enfin, la soupe fut servie par l’américain dans les belles assiettes creuses, et les deux gloutons reçurent leur pitance, Kara s’invitant dans le repas improvisé avec des graines pour l’oiseau, des fruits et un peu de soupe pour le renard et des bons morceaux de viandes pour le gros oiseau…

’’*Dis merci de ma part à Jon, Von ! Et bon appétit tout le monde !*’’

Et les trois compagnons se jetèrent littéralement sur leurs gamelles avec un féroce appétit partagé par chacun d’entre eux…côté des humains, les cuisiniers ramenèrent la soupe en deux allers-retours et au bout de plusieurs minutes, pendant lesquelles les quatre personnes restées à table discutaient tranquillement du sale temps qui régnait ce jour là sur le village, ou encore de l’histoire de l’Irlande, s’arrêtant à chaque fois à la limite de la politique, Karl ne voulant pas prendre de risque sur sa première soirée chez les parents de Lynda – il ne voulait vraiment pas donner une mauvaise impression de lui ce soir là…– . Alex revint plus vite que son ami au deuxième aller-retour, et on commença à se demander ce qu’il faisait en cuisine… Karl commençait à se dire que l’islandais n’avait pas nourri assez leurs compagnons et qu’ils lui avaient vraiment sauté dessus, quand il arriva enfin à table, s’asseyant aux côtés de l’américain avec un sourire pour seule explication. Au moins, il était vivant… Enfin au complet, le groupe commença de manger en savourant la soupe des deux chefs, mais la discussion commencée auparavant repartit rapidement, la mère de Lynda s’attaquant aux jeunes hommes cette fois-ci.

’’Comment avez-vous connu Karl ?

’’Nous nous sommes rencontré dans un bowling peu avant la rentrée, nous avons joué ensemble et… Sympathisé !’’

Ouais… c’était épique comme partie de bowling… ah là là… faudra s’en refaire une un de ces jours… ou bien juste après la soirée ? Nan, ça va finir un peu trop tard là…

La mère de la jeune irlandaise ne s’aventura pas plus loin sur ce terrain là, visiblement satisfaite de la vue actuelle, et partit sur un autre sujet à la suite...

’’Et que faites-vous en Irlande ? D’après votre prononciation, vous êtes américain, n’est-ce pas ?’’

Un véritable interrogatoire… les pauvres… heureusement qu’Alex a un don pour l’oral !

En effet, un sourire sur les lèvres, l’américain répondit en peu de temps à la réflexion de l’irlandaise.

’’Nous sommes venus pour prendre une pause. J’enseigne l’art et le design dans une université voisine et Jon, la musique dans celle de Karl.’’

Une… pause ? Ahahah… si seulement ils savaient que moi je comprenais ce qu’ils voulaient dire par là… ils l’auraient pas dit, tiens…

Puis les paroles s’arrêtèrent un moment de couler sur la table et les humains finirent chacun leur soupe pour certains, comme les parents, pendant que d’autres attendaient avec impatience la suite, comme Karl et Lynda, qui s’étaient repris la main l’une dans l’autre en attendant… avant que le père de l’irlandaise ne pose la question de la soirée.

’’Ou comptez sortir ce soir ?’’

Les quatre jeunes se regardèrent tour à tour, avant que Lynda ne prenne la parole, les sauvant tous.

’’Je vais les emmener à la boîte de nuit des ‘’Cinq flûtes’’, je pense. C’est la plus sympa du coin au niveau musique et ambiance, et en plus c’est la moins chère…’’

Lynda fit un tour de table pour recevoir des acquiescements de la part des principaux concernés.

’’Et vous comptez dormir où ce soir ? Vous habitez pas loin d’ici ?’’

’’Et bien, on est venus en voiture, en un p’tit quart d’heure on pourra rentrer à l’université…’’

Mais la mère de Lynda le coupa dans sa phrase.

’’Vous n’allez pas traîner dans cette tempête en plein milieu de la nuit tout de même ?! Vous rentrerez ici, on vous préparera des sacs de couchage et vous repartirez demain, je veux pas vous savoir dans ce blizzard moi !’’

L’affirmation de l’irlandaise était assez autoritaire, résonnée et gentille pour que Karl ne réfléchisse pas avant de répondre.

’’Ben… merci beaucoup, on essayera de ne pas faire trop de bruits en rentrant pour ne pas vous réveiller alors.’’

’’Oh, vous inquiétez pas, on n’a pas le sommeil léger chez nous… bon, maintenant que ceci est une affaire réglée, et si on passait à la suite ?’’





¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Quand un artiste prend ses ailes pour s'envoler dans un monde fantastique... ça donne ça !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
┼ L'oiseau d'Islande ┼
avatar

Messages : 1212
Date d'inscription : 02/06/2010
Age : 42

... Suite ...
Animal: Von (Renard roux)
Etudes: Musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Mar 24 Jan - 22:46

Les quatre concernés par la question se consultèrent du regard et Lynda prit ensuite la parole.

- Je vais les emmener à la boîte de nuit des ‘’Cinq flûtes’’, je pense. C’est la plus sympa du coin au niveau musique et ambiance, et en plus c’est la moins chère…

La jeune irlandais interrogea du regard les trois garçons qui se contentèrent d’approuver ses paroles d’un léger mouvement de tête. De toute manière, que pouvaient-ils dire ? Ils ne connaissaient rien à cette ville, sauf un ou deux noms de bar et la localisation d’un bon restaurant, du bowling et du parc. Ils ne savaient même plus où se situait leur voiture. Mais Jon fut une fois de plus interrompu dans ses réflexions étranges et sinueuses par la nouvelle question des deux irlandais.

- Et vous comptez dormir où ce soir ? Vous habitez pas loin d’ici ?

Karl prit alors la parole, soulageant au passage Alex qui finissait par se sentir un peu seul en devant répondre à toutes les questions. Enfin, il avait l’habitude.

- Et bien, on est venus en voiture, en un p’tit quart d’heure on pourra rentrer à l’université…

Du moins, si l’on retrouvait le dit véhicule. Et si la neige qui continuait de tomber n’avait pas couvert totalement la voiture, de même que la route. Jon, soulagé que les questions ne s’adressent plus vraiment à lui, avala discrètement quelques gorgées d’eau. Mais la mère de Lynda ne sembla pas être d’accord avec l’idée du jeune allemand.

- Vous n’allez pas traîner dans cette tempête en plein milieu de la nuit tout de même ?! Vous rentrerez ici, on vous préparera des sacs de couchage et vous repartirez demain, je veux pas vous savoir dans ce blizzard moi !

L’instinct maternel est d’une rare puissance. La voix de Sheila était toujours aussi bienveillante et gentille mais son ton ferme laissait entendre qu’il ne valait mieux pas la contredire. Après tout, cela devrait être assez amusant de passer ainsi une nuit chez des irlandais. Et puis, Jon allait pouvoir dormir une nuit de plus avec son petit ami, et cela était une excellente nouvelle. Ce fut d’ailleurs l’idée principale que l’islandais retint dans l’affirmation de la mère de Lynda, ne s’occupant guère de la fin de la phrase parlant des sacs de couchage dont il avait quelques mauvaises expériences.

- Ben… merci beaucoup, on essayera de ne pas faire trop de bruits en rentrant pour ne pas vous réveiller alors.

Jon murmura un merci en islandais tandis qu’Alex afficha un sourire et remercia avec un peu plus de voix leurs hôtes.

- Oh, vous inquiétez pas, on n’a pas le sommeil léger chez nous… bon, maintenant que ceci est une affaire réglée, et si on passait à la suite ?

Alex acquiesça et tandis qu’il se levait à la suite de l’islandais, ce dernier lui murmura.

- A ton avis, on a permission jusqu’à quelle heure ?

Les deux compagnons étouffèrent un rire à la remarque ironique de Jon puis pénétrèrent dans la cuisine en ramenant avec eux les six assiettes creuses à ranger dans le lave-vaisselle.

- N’empêche, il faudra pas rentrer trop tard ce soir… Ni trop bourré ! D’accord ?

L’islandais leva les yeux au ciel, un sourire en coin.

- Ouais, ouais…

Le dessert était plus commode à transporter et consistait en un bol ouvragé rempli de petites boules de poudre chocolatée, agglomérées autour de sirop d’agave, de fragments d’amande et noisettes et de noix de coco en morceaux. Alex se saisit du plat tandis que Jon rangeait les gamelles des trois compagnons qui étaient déjà retourné dans le salon pour faire une sieste digestive. Parfois, l’islandais regrettait de n’être pas né animal. Quoique… Puis, alors que le jeune américain se dirigeait vers la porte, Jon le héla avec un sourire espiègle.

- Hé ! On va pouvoir dormir ensemble ce soir !

Alex se retourna vers son ami avec un sourire et l’embrassa alors avant de repasser la porte, le bol dans les bras et Jon, ravi, à sa suite. L’américain posa le bol sur la table sous le regard interrogateur des quatre personnes attablées. Les deux compagnons s’assirent ensuite et Alex entreprit d’expliquer la situation.

- Ce sont des Nami Nami… Une autre de nos recettes… Il y en a deux pour chacun !

Et tout le monde se servit alors à tour de rôle, attrapant au hasard des morceaux du dessert dans le bol de porcelaine. Les petites boules furent d’ailleurs vite englouties et le repas se termina dans la bonne humeur générale.

- Pourrais-je vous prendre la recette ?

Alex et Jon esquissèrent tous les deux un sourire.

- Bien sûr ! La cuisine est faite pour être partagée.

Von s’empressa d’ajouter discrètement.

- * Et mangée ! *

Mais le goupil n’obtint aucune réponse de Jon, ce dernier étant trop concentré sur la question suivante du couple irlandais.

- Vous êtes bien professeurs ? Comment trouvez-vous le temps d’apprendre à cuisiner aussi bien ?

Sentant le sujet de la conversation dériver lentement vers ce qu’il ne voulait pas aborder, Jon passa discrètement sa langue sur ses lèvres et se frotta l’œil gauche, occultant quelques instant sa vision.

- Hé bien… Pas vraiment… C’est juste une… Une pause ! Au départ, nous sommes musiciens professionnels et artistes. Et cela nous laisse donc le temps de cuisiner chez nous.

Les parents de Lynda semblèrent intéressés par la réponse d’Alex mais en entendant la pendule sonner 19 heures, ils s’engagèrent sur un sujet plus général.

- Tiens. Sept heures. Il est encore tôt pour sortir. Que comptez-vous faire avant ?

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Tjùùùù...


" I am a very positive guy, I am quite happy in general, so... I think that if you think positive, the… The force is with you ! Basically. "

Álafoss - Sigur Rós
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 20/02/2011

... Suite ...
Animal: Dragniz, un griffon
Etudes: De tout, avec une dominante musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Mer 25 Jan - 22:43

Les cuisiniers s’exécutèrent peu de temps après la demande du père de la jeune irlandaise, et s’en allèrent dans la cuisine pour aller chercher le plat suivant, que Karl espéra consistant parce que seulement une entrée et de la soupe, après la journée qu’il avait passé, c’était tout de même très peu…. L’allemand fut tiré de ses pensées par la voix interrogative de la mère d Lynda.

’’Dis-moi, Jon et Alex, ce sont deux amis ou bien ils sont… ?’’

L’hésitation visible de Sheila tira un petit sourire à Karl qui ne laissa pas de suspens s’installer.

’’Ils sont ensemble, oui, depuis un bon moment… ça se voit bien en même temps.’’

’’Encore une preuve que l’amour est bien un sentiment indomptable…’’

Et Karl commença à sentir mal la suite de la discussion, un vague pressentiment qui le gagna en entier avant même la phrase suivante d’Aslander.

’’Et Lynda et toi, vous avez décidé de…’’

Mais il fut coupé par l’arrivée du couple islo-américain qui déposa un bol sur la table, déplaçant l’intérêt général vers les quelques boules noires de chocolat qui s’y trouvaient.

C’est… tout ? On est déjà au dessert ?! Ca va être dur ce soir dites donc…

Alex et Jon s’assirent à leurs places respectives autour de la table et l’américain expliqua la situation aux regards questionneurs (voire affamés s’il savait pour Karl).

’’Ce sont des Nami Nami… Une autre de nos recettes… Il y en a deux pour chacun !’’

Intrigués, les humains se servirent un par un de ce dessert bien étrange et les mangèrent avec faste, les petites boules se révélant assez consistantes au final et avec un verre d’eau, le jeune allemand acheva son repas avec le ventre calmé. Une fois la bouche et les mains essuyées dans sa serviette, Karl rechercha la main de sa voisine qu’il trouva en train de chercher la sienne justement, rendant le mouvement plus simple pour les deux amoureux qui étaient de bonne humeur après ce repas succulent.

’’Pourrais-je vous prendre la recette ?’’

La demande de l’irlandais fit sourire le jeune couple, et comme d’habitude, Alex donna de sa voix pour répondre.

’’Bien sûr ! La cuisine est faite pour être partagée.’’

Hmmm… moi la cuisine, pour le peu que j’en fais, c’est surtout pour m’amuser et pour manger… je sais pas si quelqu’un d’autre mangerait mes plats !

Sheila n’en n’avait pas fini apparemment avec son interrogatoire précédent, et repartit à la charge avec la réponse de l’américain.

’’Vous êtes bien professeurs ? Comment trouvez-vous le temps d’apprendre à cuisiner aussi bien ?’’

Jon semblait vouloir éviter à nouveau de devoir répondre à cette question, mais même son petit ami semblait hésiter sur ses mots…

’’Hé bien… Pas vraiment… C’est juste une… Une pause ! Au départ, nous sommes musiciens professionnels et artistes. Et cela nous laisse donc le temps de cuisiner chez nous.’’

De tout de manière, même s’ils étaient vraiment que profs, ils auraient quand même largement le temps de prendre des cours de cuisine…

Les sous-entendus de l’américain intéressaient beaucoup les parents de Lynda, mais il fut littéralement sauvé par le ‘’Gong !’’ de la pendule du salon qui sonnait 19 heures, ramenant les irlandais dans le moment présent.

’’Tiens. Sept heures. Il est encore tôt pour sortir. Que comptez-vous faire avant ?’’

’’Quand on rentrera ce soir, on sera sûrement fatigués, et on va peut-être pas vous laisser préparer les sacs de couchage pour nous en plus de nous offrir l’hospitalité pour la nuit… donc on peut aller s’occuper de ça peut-être ?’’

Aslander fut visiblement surpris par le vocabulaire de l’allemand, lui donnant un bonus de dix points dans son estime, et acquiesça dans son coin pendant que sa femme répondait au jeune homme.

’’Si vous y tenez vraiment, on vous laisse faire nous… Lynda va vous montrer où sont les sacs !’’

Et tout le monde se leva suite à cette décision finale, et après un dernier remerciement aux deux cuisiniers pour le formidable repas qu’ils leur avaient confectionnés, les parents s’en allèrent à l’étage de la maison, sûrement dans leur chambre ou bien la salle de bain pour se laver les dents, pensa l’allemand, pendant que le petit groupe de ‘’jeunes’’ se dirigeait dans un couloir qui allait vers l’arrière de la maison. Arrivé devant un escalier qui descendait vers la cave, à la surprise des trois étrangers, la jeune fille ouvrit un faux mur pour laisser entrevoir des équipements pour le camping, des tentes, des torches et… les sacs de couchage !

Ils sortirent quatre sacs de couchage, Lynda ayant décidé que selon son état, elle dormirait peut-être dans la même salle que les autres en rentrant… enfin, elle verrait bien ! Puis ils revinrent dans la salle de séjour où les canapés furent décalés un peu contre les murs et, pendant que les deux jeunes amoureux s’en allèrent chercher deux matelas à l’étage, les deux hommes déroulèrent les sacs sur le sol. Personne ne posa de question sur le fait que seuls deux matelas furent descendus dans le salon, même si l’on pouvait supposer que l’on pourrait dormir sur le canapé… mais ils avaient tous compris que ça pouvait être pour une autre raison.

En une dizaine de minutes, tout était prêt pour leur retour dans la nuit pour qu’ils puissent dormir en paix, ce qui leur laissait presque deux heures encore à remplir avant leur départ… Discrètement, Karl chuchota à son amie :

’’Dis-moi, tu n’aurais pas une idée d’un jeu sinon pour passer le temps ?’’

L’irlandaise sembla réfléchir durant quelques instants, avant de proposer l’idée qui venait de lui traverser l’esprit.

’’Je sais pas si ça peut vous intéresser, mais on a une wii de branchée sur la télé, et j’ai le Mario Brawl de chargé dessus, ça vous tente ?’’

’’*C’est pas le jeu de bourrain ou faut appuyer sur toutes les touches à la fois par hasard ?*’’

Le griffon venait de revenir près de son compagnon, et il avait l’air de bonne humeur.

’’*Tiens, comment ça va toi ? Bien mangé finalement ?*’’

’’*Ouais, ça va, Jon a été super gentil à ce niveau là, on a bien mangé, et une petite sieste pour digérer ça fait du bien ! Et ça en est où avec Lynda ?*’’

Les joues du garçon s’empourprèrent sous la question de son ami, mais les autres humains ne le remarquèrent pas vu que le couple d’Alex et Jon semblaient répondre à Lynda, mais l’allemand n’arrivait pas à se concentrer pour la comprendre.

’’*Pas de changement, mais il n’y en n’a pas besoin en même temps…*’’

’’*C’est vrai… ce qui ne répond pas à ma première question ! Bon, je crois qu’ils t’attendent pour jouer maintenant, vas-y !*’’

Et le griffon s’allongea sur le sol pour regarder les quatre humains commencer à jouer et à rire ensemble de ce jeu simple, basique, débile, mais terriblement drôle dans certains cas…

[HRP] Ahahah… on se demande bien de quoi je parle dans ‘’terriblement drôle’’ ! Razz Epique… ^^[/HRP]



¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Quand un artiste prend ses ailes pour s'envoler dans un monde fantastique... ça donne ça !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
┼ L'oiseau d'Islande ┼
avatar

Messages : 1212
Date d'inscription : 02/06/2010
Age : 42

... Suite ...
Animal: Von (Renard roux)
Etudes: Musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Jeu 26 Jan - 21:52

A la réflexion de l’irlandais, Karl prit la parole pour proposer une activité pour la soirée.

- Quand on rentrera ce soir, on sera sûrement fatigués, et on va peut-être pas vous laisser préparer les sacs de couchage pour nous en plus de nous offrir l’hospitalité pour la nuit… donc on peut aller s’occuper de ça peut-être ?

Cette idée n’était pas dénuée d’intérêt et le jeune couple pouvait en effet confirmer que lorsqu’ils rentraient de soirée, ils n’avaient pas vraiment la tête à faire des lits. Le père de Lynda sembla agréablement surpris de l’annonce du jeune allemand et acquiesça tandis que sa femme prenait la parole.

- Si vous y tenez vraiment, on vous laisse faire nous… Lynda va vous montrer où sont les sacs !

Toutes les personnes présentes se levèrent alors de table puis, les parents de Lynda remercièrent les deux cuisiniers pour le repas avant de s’en aller à l’étage supérieur pour vaquer à leurs propres occupations. Le reste du petit groupe fut guidé par la jeune irlandaise jusqu’à un couloir menant vers le fond de la maison. La décoration de la maison était assez sobre, en bois et en pierre, et cela plaisait assez à l’islandais. Quelques tableaux et portraits étaient parfois accrochés ici et là contre les murs, entre les étagères pleines de livres. Une fois arrivée devant un escalier menant sûrement à la cave de la maison, Lynda s’arrêta devant un mur et apposa ses mains dessus, révélant à la grande surprise des trois garçons, un petit placard où étaient rangés des tentes, divers matériel de camping et les sacs de couchages, objets de leur recherche.

La jeune irlandaise attrapa quatre sacs de couchage et en donna un à chacun avant de refermer le faux pan de mur servant de porte. Elle retourna ensuite dans le séjour, toujours suivie par les trois garçons qui n’osaient parler. Jon réfléchissait tout en contemplant l’agencement de la maison et Alex fut obligé de le pousser légèrement pour qu’il avance plus vite. Quatre. Lynda allait donc dormir avec eux ? Mais cette question resta sans réponse car Jon et Alex furent chargé de pousser les canapés qui n’étaient malheureusement pas dépliables, contre les murs du salon pour dégager de la place. Puis, tandis que Karl et sa nouvelle petite amie s’en allaient chercher deux matelas simples à l’étage, les deux garçons s’occupèrent de dérouler les sacs de couchage. Après dix minutes, leurs lits de fortune furent installés et tout était prêt pour leur retour de boîte de nuit, même si ils allaient devoir se serrer sur les matelas pour dormir. Comme il leur restait encore deux bonnes heures à occuper d’ici leur départ, le jeune couple commença à discuter et peu après, Lynda proposa une activité peu commune aux deux musiciens.


- Je sais pas si ça peut vous intéresser, mais on a une wii de branchée sur la télé, et j’ai le Mario Brawl de chargé dessus, ça vous tente ?

Jon et Alex se regardèrent puis éclatèrent de rire.

- D’accord… Mais on n’a pas vraiment l’habitude de jouer à la wii alors…

Jon ajouta alors avec un sourire complice.

- Sauf parfois avec ma sœur…

Mais le fait que les deux ainés ne savaient pas très bien jouer n’empêcha pas l’irlandaise d’installer le jeu dans le petit appareil blanc tandis que Karl semblait discuter avec Dragniz qui trainait dans le coin. Von était toujours perché sur son canapé, ne s’étant même pas réveillé pendant leur déménagement intensif et continuait de dormir paisiblement. Les quatre plus jeunes de la maison s’assirent quant à eux sur les bords d’un des matelas qui se trouvait alors être le seul fauteuil convenable permettant de jouer devant la télé, et chacun empoigna une manette dans la main droite et un nunchuk dans la main gauche, le tout relié par un fil blanc. L’écran du téléviseur s’alluma, laissant apparaître une multitude de cases et de choix et Lynda cliqua alors sur celui en haut à gauche de l’écran. Une bande annonce montrant un combat épique entre deux pixels défila alors avant que le titre du jeu ne s’affiche enfin. Jon et Alex n’avaient jamais joué à ce jeu et Lynda leur prêta alors la notice pour qu’ils apprennent les bases des commandes. Alex était concentré sur sa télécommande et tentait de retenir les boutons tandis que Jon feuilletait la notice à la recherche des commandes.

- Shit… Það er ekkert á íslensku ! (Il n’y a pas en islandais)

Alex éclata de rire tandis que les deux autres, n’ayant pas compris les paroles de l’islandais, ne semblaient également pas comprendre la cause du fou rire de l’américain. Une fois encore, Alex dut expliquer la situation.

- C’est rien, il ne trouve juste pas les commandes en islandais…

Pendant ce temps, Jon avait abandonné la lecture de l’insipide notice anglaise et appuyait furieusement sur les boutons « A » et « B » pour s’entrainer.

- Et le but c’est quoi ?

- Si j’ai bien compris, expulser les autres du terrain.

Lynda acquiesça et sélectionna alors son personnage sur l’écran titre tandis que Jon semblait amusé par l'objectif du jeu. Karl choisit également assez rapidement mais Alex et Jon ne savait que prendre comme personnage. Pour finir, l’islandais opta pour une boule rose nommée Kirby et son compagnon, pour le célèbre Pokémon Pikachu. Le combat commença alors, au grand dam du musicien qui continuait d’appuyer sur tous les boutons lui passant sous la main. Après une bonne dizaine de minutes de jeu, ou plutôt d’expulsions sans interruptions, Jon finit par comprendre à peu près quelles commandes donnaient quelles actions. Le combat devint alors un peu plus équilibré même si Jon se contentait de se transformer en cailloux à la moindre occasion tandis qu’Alex faisait pleuvoir la foudre. Ils ne savaient peut être pas très bien jouer, mais en tout cas, ils arrivaient à tenir un temps honorable sur le terrain avant de mourir. Généralement, les combats se terminaient entre les deux jeunes amoureux et Jon et Alex se mettaient alors à discuter de l’issue du combat, soit en anglais soit en islandais. Puis, après une bonne demi-heure de jeux intensifs, Jon s’écroula sur le matelas en lâchant sa télécommande.

- Ok... J'abandonne !

Alex se pencha légèrement sur son ami qui était hilare, allongé à moitié sur le matelas.

- Déjà ?

Jon se frotta les yeux avec les mains et soupira.

- Ouais… Faut garder de l’énergie !

Alex afficha un sourire discret puis se rassit correctement et demanda alors aux deux jeunes qui finissaient leur combat.

- Des jeux de société, ça vous tente ?



[HRP] Certes X) Mais faudrait que t'apprennes à ne pas mourir en tombant bêtement... ^^ [/HRP]

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Tjùùùù...


" I am a very positive guy, I am quite happy in general, so... I think that if you think positive, the… The force is with you ! Basically. "

Álafoss - Sigur Rós
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 20/02/2011

... Suite ...
Animal: Dragniz, un griffon
Etudes: De tout, avec une dominante musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Sam 28 Jan - 2:43

Le jeune couple éclata de rire en se regardant, avant d’expliquer la cause de leur fou rire.

’’D’accord… Mais on n’a pas vraiment l’habitude de jouer à la wii alors…’’

Et Jon sortit même de sa réserve naturelle et habituelle pour ajouter un commentaire, un sourire en coin…

’’Sauf parfois avec ma sœur… ‘’

Voilà ce que l’allemand réussit à entendre de ce que les trois autres humains s’étaient dit pendant qu’il discutait avec le griffon. Puis les quatre amis se posèrent sur le bord de l’un des deux matelas, empoignèrent les manettes, nunchuk dans la main gauche reliée par un fil de couleur pâle, à la limite du blanc, à l’autre manette attachée par une dragonne, comme au ski, à la main droite. Karl aperçut les trois compagnons des membres de Khyssian dans le salon, et ils semblaient tous être les proies de Morphée, profondément endormis – surtout Von, comme d’habitude… – et ne paraissaient pas le moins du monde intéressés par le jeu de l’irlandaise. Lynda alluma la télé d’un mouvement de télécommande en même temps que la console de jeu en appuyant sur l’un des boutons de sa manette, laissant apparaître les larges cases du menu principal. Elle ‘’cliqua’’ sur le menu du jeu, lançant ainsi la bande annonce de Super Smash Bross Brawl passer devant leurs yeux, les personnages célèbres de Nitendo s’enchaînant sur l’écran de couleurs. Jon et Alex semblaient quelque peu désorientés devant ce jeu, voire même devant la console, car même après que l’irlandaise eut donné la notice du jeu, bien poussiéreuse étant donné qu’elle n’avait jamais été lue, à l’islandais, Alex était concentré sur les boutons et Jon feuilletait les pages d’un air perdu.

’’Shit… Það er ekkert á íslensku !’’

Alex rigola suite à cette déclaration de l’islandais, alors que Karl et Lynda ne comprirent que le ’’Shit !’’, se demandant bien la cause de cette exclamation. Encore une fois, ce fut à l’américain de traduire les problèmes de son petit ami…

’’C’est rien, il ne trouve juste pas les commandes en islandais…’’

La remarque provoqua un léger rire compatissant chez le plus jeune couple, qui s’amusait ensuite à voir l’islandais appuyer rageusement sur les touches ‘’A’’ et ‘’B’’ de sa manette, sans savoir probablement que les touches étaient relativement sensibles… avant d’enfin poser une question intelligente… enfin, la seule qui avait de l’intérêt devant un jeu comme celui-ci…

’’Et le but c’est quoi ?’’

’’Si j’ai bien compris, expulser les autres du terrain.’’

L’irlandaise fit un signe de la tête pour approuver et sélectionna son personnage fictif sur l’écran, prenant la belle Samus, et Karl prit à la suite le beau Link. Peu de temps après, Jon choisit Kirby, la gentille petite boule rose bonbon, tandis que son copain décida de jouer avec la boule de poils jaune du nom de Pikachu. Le combat fut alors lancé, l’islandais s’excitant un peu sur les boutons, pendant que Karl et Lynda jouaient avec un peu plus de délicatesse et de technique et Alex se trouvait en bon intermédiaire entre les deux groupes. Au bout d’une bonne dizaine de minutes et plusieurs combats acharnés, l’islandais sembla enfin comprendre les touches servant à se battre contre ses adversaires et le champ de bataille commença à se teinter du sang des opposants de chaque côté, même si le combat restait encore ‘’un peu’’ inégal, les deux amoureux du jour finissant toujours l’un contre l’autre au final. Karl ne réussit à battre son amie qu’une seule fois, grâce à un coup de chance, mais cela lui permit tout de même de sauver l’honneur… au bout d’une demi-heure de jeu en continu, l’islandais s’écroula en arrière sur le matelas en lâchant sa télécommande – n’ayant pas mis sa dragonne comme conseillé au lancement du jeu sur l’écran…–, l’air un p’tit peu fatigué sur le coup.

’’Ok... J'abandonne !’’

Son compagnon, mourant peu de temps après lui, se pencha vers l’islandais qui était en train de rire allongé sur leur matelas du soir.

’’Déjà ?’’

Karl entendit l’islandais répondre dans un soupir à son ami, comme si le jeu l’avait vraiment fatigué…

’’Ouais… Faut garder de l’énergie !’’

L’américain se redressa pour être assis droit comme ses voisins à qui il posa une question pour changer d’occupation maintenant…

’’Des jeux de société, ça vous tente ?’’

’’Ouiii ! Moi ça me tente bien ! On finit juste ce dernier combat… vous voulez jouer à quoi ?’’

Profitant du défaut de concentration de son adversaire, l’allemand avait assené un coup barbare sur la guerrière en armure du futur, la projetant hors du terrain. Il restait une vie à chacun des deux combattants encore en lice…

’’Yes ! Ben, moi un monopoly me tenterait bien par exemple, ça fait longtemps que j’en ai pas fait…tu en as un Lynda ? Oooh, zut…’’

Le combat se finit sur le pauvre Lynk qui vint s’écraser sur l’écran de la télé, Samus étant appelée vainqueur. L’irlandaise coupa la wii et la télévision en deux temps, trois mouvements, tout en réfléchissant.

’’Hmmm oui, je dois en avoir un quelque part, attendez moi ici, je reviens !’’

Les trois garçons restés là restèrent silencieux durant l’absence de l’irlandaise, collant les deux matelas l’un contre l’autre et se mettant en cercle sur les bords pour laisser une place pour le plateau de jeu en son centre. Lorsqu’elle revint, elle ouvrit la boîte du jeu de société et sortit les pions, distribua la monnaie de départ qu’elle distribua entre chacun, avant d’avoir enfin le plateau entre les quatre joueurs. Tout le monde jeta deux dés, et Jon fit le plus grand nombre avec un double cinq, ce qui lui conféra le pouvoir de commencer la partie. Dragniz se réveilla et s’avança derrière l’allemand. En reconnaissant les dessins et la disposition du jeu, il ne put s’empêcher de faire une remarque.

’’*Mais… ce serait pas le jeu auquel tu te fais toujours plumer Karl ça ?!*’’

Mais le jeune allemand ne répondit pas à l’affirmation, pourtant vraie, de son compagnon, prenant un air concentré. Le premier tour fini, les premiers achats commencèrent pour les conquérants de l’argent et de la propriété. Un tour passa, puis un deuxième où de nombreux logements avaient été achetés par les concurrents, avant qu’enfin, un premier joueur tombe sur la maison d’un autre.

’’Hé ! Alex ! Je crois que tu me dois 500€… c’est étrange non ?’’

Et l’allemand arbora un grand sourire sardonique pendant que sa voisine sourit aussi de l’ironie du garçon.

’’*Ouhaa ! Soit ils sont encore plus mauvais que toi, soit tu as eu de la chance… c’est la première fois que je te vois gagner de l’argent à ce jeu…*’’

[HRP]Désolé pour les vents de ce soir, j’ai mes ainés qui sont rentrés dans la soirée… bonne nuit ! J’espère que ma réponse te plaira Smile[/HRP]


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Quand un artiste prend ses ailes pour s'envoler dans un monde fantastique... ça donne ça !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
┼ L'oiseau d'Islande ┼
avatar

Messages : 1212
Date d'inscription : 02/06/2010
Age : 42

... Suite ...
Animal: Von (Renard roux)
Etudes: Musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Sam 28 Jan - 20:07

La jeune irlandaise sembla enthousiasmée par la demande du jeune américain.

- Ouiii ! Moi ça me tente bien ! On finit juste ce dernier combat… vous voulez jouer à quoi ?

Mais tandis que Lynda discutait avec Alex, Karl en profita pour expédier hors du terrain pixelisé le personnage en combinaison bleue de son amie. Il ne restait qu’une seule vie à chaque adversaire et le combat promettait d’être exaltant, du moins pour les deux candidats encore en jeu.

- Yes ! Ben, moi un monopoly me tenterait bien par exemple, ça fait longtemps que j’en ai pas fait…tu en as un Lynda ? Oooh, zut…

Alex regarda alors l’écran et aperçut Link s’écraser contre la vitre, expulsé violemment par Samus qui venait de revenir sur le terrain. Décidément, Lynda maniait très bien sa télécommande et s’affichait comme grande vainqueur de Super Smash Bros Brawl. La jeune irlandaise éteignit alors la télévision et la console en quelques secondes avant de se lever.

- Hmmm oui, je dois en avoir un quelque part, attendez moi ici, je reviens !

Et Lynda disparut alors dans le couloir de la maison, laissant seuls les trois garçons. Alex, toujours assis sur le matelas, secoua alors Jon qui se releva. L’islandais s’étira alors et chuchota à son ami.

- Faudrait faire de la place pour le jeu…

Les deux garçons se levèrent alors du matelas, bientôt imités par Karl et ils se mirent alors à ranger un peu la pièce, installant les sacs de couchages sur les canapés et les deux matelas au milieu du salon. Comme chacun sait, jouer à un jeu de société sur un matelas mou et toujours plus drôle que sur une table. Puis, les garçons s’assirent chacun d’un côté et attendirent le retour de la jeune irlandaise. Cette dernière ne tarda pas et vint alors compléter le cercle formé pas les joueurs. Le jeu fut installé au milieu, accessible à chaque participant, et Lynda distribua alors les billets suivant la règle tandis que les autres choisissaient leur pion. Jon attrapa le dé à coudre, emblème du jeu, et Alex se décida pour une barque avec une petite rame en fer. Une fois le jeu mit en place, chacun lança les dés et ce fut Jon qui remporta le droit de jouer en premier en effectuant un double cinq. L’islandais avait fait un élégant petit tas de ses billets, ayant la flemmardise de les ranger, et envoya les deux petits cubes sur le plateau de carton. Il fit de nouveau un score honorable et le petit dé à coudre décolla de la case départ.

- * Monopoly !!! *

Le renard sauta avec entrain du canapé et galopa jusqu’à son compagnon, Kara volant au-dessus de lui.

- * C’est trop drôle ! *

Jon afficha un sourire discret et soupira.

- * Oui, et bien évite de courir sur le plateau cette fois ! *

Le goupil ronchonna et se contenta alors de s’allonger tel un sphinx près de Jon, gardant un œil sur le plateau. Quelques tours de jeu se succédèrent pendant lesquels les joueurs purent acheter des propriétés puis, vers la fin du troisième tour de jeu pour Alex, la petite barque de fer atterrit sur la belle ville de Londres, occupée par Karl.

- Hé ! Alex ! Je crois que tu me dois 500€… c’est étrange non ?

Le jeune allemand afficha un drôle de sourire, de même que sa voisine. Alex donna alors un billet violet à son adversaire avec un air mi- dépité, mi- amusé.

- Ouais, très étrange... J’espère que Big Ben vaut le coup…

Et le jeu continua dans la bonne humeur, entre l’argent de papier et les petits pions de métal qui voguaient sur le plateau. Ils avaient choisi de jouer avec les règles rapides, histoire de finir la partie avant de partir et les maisons furent donc construites rapidement. Jon et Lynda furent les premiers à se retrouver sans le sou, laissant les deux autres finir entre eux. L’islandais en profita alors pour s’assoir aux côtés de son petit ami et surveilla le jeu par-dessus son épaule, l’enlaçant par la même occasion. Von s’était rendormit, trouvant l’intrigue du jeu peu développée et trop lente.

- Þú siglir á fljótum, yfir á gömlum ára… (Tu navigues sur une rivière, dans une vieille barque)

Alex afficha un sourire discret tandis qu’il lançait les dés.

- Ahhh… En prison !

Jon éclata de rire et serra plus fort son ami pour lui montrer son soutient.

- Au moins, tu as évité les maisons de Karl…

- Enfin je sors dans trois tours…

Puis après une dizaine de minutes de course à l’argent à travers le plateau, Alex fini par remporter la partie en accueillant le jeune allemand dans un hôtel à Helsinki. Une fois le jeu rangé, le vainqueur regarda sa montre pour voir l’heure qu’il était.

- Tiens, j’aurais cru ça plus long… Mais ça tombe bien, il est presque neuf heures…

A cette remarque, Jon se leva rapidement en tirant Alex avec lui, enthousiaste à l'idée d'aller danser.

- Au fait, on y va comment ?

L’américain s’approcha alors de la fenêtre et contempla l’extérieur avant de retourner auprès de Jon.

- Je crois qu’il ne neige plus beaucoup… Mais par contre il y a une sacrée couche de neige, même sur la route !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Tjùùùù...


" I am a very positive guy, I am quite happy in general, so... I think that if you think positive, the… The force is with you ! Basically. "

Álafoss - Sigur Rós
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 20/02/2011

... Suite ...
Animal: Dragniz, un griffon
Etudes: De tout, avec une dominante musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Mar 31 Jan - 16:42

L’américain prit avec humour la remarque du jeune allemand, gardant l’atmosphère détendue entre les quatre humaines.

’’Ouais, très étrange... J’espère que Big Ben vaut le coup…’’

Et la partie continua ainsi, les billets d’argent malheureusement factices navigant entre les différents joueurs, plus souvent dans le sens vers certaines personnes, comme Alex et Karl (entre autre… ou non, juste eux deux), mais ils firent de nombreux trajets selon les envies de chacun de séjourner dans telle ou telle maison, voire hôtel pour les plus riches… Les règles utilisées par les compères furent les plus basiques possibles pour pouvoir avancer rapidement dans le jeu et finir assez vite cette course vers la richesse. Tombant sur les mauvaises maisons voire les mauvais hôtels, l’islandais et l’irlandaise finirent les premiers sans le moindre sou, laissant Karl et Alex dans un face à face meurtrier. Jon alla passer le temps en enlaçant son ami en s’asseyant à ses côtés, et Lynda vint se poser à côté de Karl aussi, posant sa tête sur l’épaule du garçon.

’’Ahhh… En prison !’’

Pfff la chance… il va avoir trois tours à me regarder faire des passages entre nos maisons, si je me loupe, je vais crever…

’’*Pas encore fini votre partie ?*’’

’’*Non, on a tous les deux pas mal de réserves pour l’instant, donc sauf coup de malchance, on en a pour un moment vieux, désolé…*’’

’’*Ok, pas grave, j‘vais aller dormir un peu avec Von… bonne chance !*’’

Et dans un coin de l’œil, l’allemand vit en effet son compagnon partir lentement dans un coin de la pièce, pas loin du renard, pour se poser et s’endormir pendant que l’islandais éclatait de rire de son côté, sûrement par rapport à la remarque de son ami sur la prison. Puis, après une bonne dizaine de minutes encore de monopoly, l’américain réussit à ruiner son adversaire en l’acceptant pour une nuit dans un hôtel de luxe à Herlsinki, contre le gré du jeune allemand qui ne pouvait plus rien hypothéquer…. Les quatre jeunes gens rangèrent alors le jeu de société, enfin, Lynda alla le remettre à sa place originelle. Voyant l’heure tardive sur sa montre, Alex fit tout de même une remarque sur le temps passé chez l’irlandaise.

’’Tiens, j’aurais cru ça plus long… Mais ça tombe bien, il est presque neuf heures…’’

Jon se leva vivement en tirant Alex derrière lui par le bras, visiblement très enthousiaste à l’idée d’aller enfin danser avec son petit ami.

’’Au fait, on y va comment ?’’

Alex vint près de la fenêtre du salon pour apprécier le temps à l’extérieur avant de revenir et faire ses constatations à son ami.

’’Je crois qu’il ne neige plus beaucoup… Mais par contre il y a une sacrée couche de neige, même sur la route !’’

’’Au moins, on peut partir à pieds sans risquer de croiser trop de voitures dans la rue ! Et bien, on se ré-habille et on y va ?’’

Tout le monde acquiesça vivement à la proposition de la jeune fille, et on se rendit dans le hall d’entrée, après avoir remis les matelas et les sacs de couchages rapidement en place, pour remettre les chaussures et les manteaux.

’’*Dragn’, réveille Von, on y va !*’’

’’*Hein ? Quoi ? Heuuu, ok, j’arrive d’ici vingt secondes.*’’

Et le griffon apparut effectivement dans le hall trente secondes plus tard, le renard sur le dos et l’air encore quelque peu endormi. Karl avait pris tout son temps pour se préparer et laisser le temps à son compagnon pour venir, mais il ne s’attendait pas à voir ça. Un regard brièvement interrogateur fit tout de même réagir Dragniz.

’’*Oh, c’est bon… j’avais la flemme de le réveiller, et puis au moins il sautera pas partout pendant le chemin… il se réveillera tout seul avec la neige je pense…*’’

Et en effet, à peine la bande d’êtres visibles et invisibles eurent-ils passé les portes de la maison, après avoir souhaité une bonne soirée de loin aux parents de Lynda, le goupil ouvrit les yeux au premier flocon tombant sur son museau et descendit tout foufou du dos du griffon pour sauter à son habitude dans la rue dans tous les pâtés de neige qu’il y avait…

Qu’est-ce que je disais…

Les deux couples d’Hommes marchèrent ainsi dans la neige, main dans la main et assez serrés, presque enlacés, pour pouvoir marcher à quatre de front, laissant Kara sur l’épaule de son compagnon, Dragniz sur leurs pattes et Von devant, sur le trottoir et sur la route.

’’*Dis-moi Dragn’, tu en penses quoi de Lynda toi ?*’’

’’*Tu as vraiment besoin de mon avis vieux ? Sincèrement ?*’’

’’*Ben, oui, quand même… c’est avec toi et moi qu’elle risque de passer beaucoup de temps, un jour…*’’

’’*Elle est vraiment très bien, j’ai pas encore trouvé de point négatif, donc aucun soucis avec moi !*’’

’’*Hm hm, merci Dragniz, désolé si je suis pas trop là pour toi aujourd’hui…*’’

’’*Pas grave, c’est pas un problème, je suis heureux pour toi tu sais.*’’

Mais les deux compagnons furent interrompus dans leur discussion par Lynda qui glissait un mot dans l’oreille de son ami.

’’Dis-moi Karl, vous êtes timides tous les trois, ou vous parlez par la pensée ? Parce que vous dites jamais rien en marchant…’’

L’esprit de Karl se réveilla d’un coup et il tenta de répondre le plus naturellement possible en même temps qu’il improvisait une raison possible.

Heuuu… je lui dis quoi ? ‘’Et bien… ils sont…’’ Hmm, fous ? Tarés ? Zut, je suis comme eux… mais je peux pas lui dire pour Dragn’ encore… ‘’sûrement en train de parler en chuchotant…’’

Et voyant l’air pas très convaincu de la jeune fille et parlant en même temps que le griffon qui intervint dans sa tête, il acheva sa phrase. Le rêveur et le porteur de rêve à l’unisson…

’’Mais avec le vent, on n’entend pas forcément ce qu’ils se disent, et puis, on n’a pas toujours besoin de parler quand on est avec quelqu’un qu’on aime, on veut juste garder cette personne près de nous, non ?’’

’’*On est géniaux hein ? Parfaitement en même temps… sauf que moi elle m’a pas entendue…*’’

’’*Ouais… merci vieux, je t’ai suivi surtout.*’’

’’*De rien, le principal c’est que ça ait fonctionné…*’’

En effet, l’irlandaise semblait avoir bien pris la réponse de l’allemand, voire même y voir une certaine déclaration cachée, quand Karl y repensa peu de temps après, lui réchauffant les joues face au vent. Ils marchèrent ainsi durant un peu moins de huit minutes avant d’arriver devant un grand bâtiment d’où l’on pouvait entendre de la musique sortir du deuxième étage, de la lumière multicolore se reflétant sur les vitres sombres. Lynda guida alors les autres, tenant Karl par la main, et ouvrit la porte de la bâtisse. Ils arrivèrent dans un hall d’entrée sympathique, pas trop petit mais juste assez large pour passer à deux de front.

’’Bon, ben, nous sommes arrivés, je pense que c’est pas votre première fois dans une boîte de nuit…’’

Si, moi… ‘’*Heuuu, je fais quoi ? Je fais comme si je savais et je la suis ?*’’

’’*Bien sûr Karl, même si t’aurais peut-être moins l’air con de lui dire maintenant, mais ça doit pas être compliqué…*’’

L’irlandaise qui attendait un signe d’acquiescement de la part de son copain continua sa phrase après le signe donné.

’’… donc on va poser nos vêtements dans la loge un peu plus loin, mais on garde les portefeuilles sur soi hein ? Puis on se cherchera une table dans un coin pour être tranquilles, les deux étages seront complètement remplis d’ici deux heures je pense…’’

Et les quatre humains accompagnés des trois créatures se dirigèrent le long d’un petit couloir pour aller donner leurs manteaux…

[HRP]N’empêche, tu m’avais pas laissé grand chose à faire avec ta réponse x) c’est à moi d’ouvrir le RP maintenant ? Razz Alors, t’en penses quoi ? Smile[/HRP]





¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Quand un artiste prend ses ailes pour s'envoler dans un monde fantastique... ça donne ça !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
┼ L'oiseau d'Islande ┼
avatar

Messages : 1212
Date d'inscription : 02/06/2010
Age : 42

... Suite ...
Animal: Von (Renard roux)
Etudes: Musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Mar 31 Jan - 23:52

Lynda répondit à la question avec un trait d’humour puis proposa ensuite de retourner s’habiller pour affronter le froid et cette fois-ci, la nuit. De toute manière, Jon et Alex avaient l’habitude car les hivers islandais étaient réputés froids et sombres. Les trois garçons acquiescèrent à l’annonce de la jeune irlandaise et le petit groupe se dirigea alors vers le hall d’entrée, après avoir bien sûr arrangé de nouveau les matelas et sacs de couchages. Jon enfila son manteau et ses mitaines vertes avant d’enfiler ses chaussures brunes fourrées.

- * Jooooon ! *

- * Quoi ? *

L’islandais aperçut alors le goupil encore endormi sur le dos du griffon et réprima un sourire.

- * Tu ne comptais pas rester ? *

- * Si… Bah, c’est pas grave. Dragniz sera là pour me tenir compagnie ! *

Une fois tout le monde équipé, la porte s’ouvrit sur la neige fraichement tombée, faiblement éclairée par le lampadaire voisin. Jon passa en premier et imprima dans l’épaisse couche de neige une trace de pas, puis une autre. La neige crissait agréablement sous ses pieds et Jon, en attendant les autres, s’amusa à essayer d’attraper quelques flocons. Malheureusement, les cristaux de glace étaient rapides et leur course si hasardeuse que Jon ne referma sa main que sur des poignées d’air. Alex rejoignit bientôt son compagnon et le saisit par la main pour l’emmener dans la bonne direction, à savoir celle de Lynda.

- * Youhou ! *

Von sauta dans la neige depuis le dos du griffon et recommença à sauter dans tous les coins, hilare. Jon leva les yeux au ciel en souriant puis, il resserra son étreinte autour d’Alex en espérant ainsi se réchauffer. Les deux couples marchaient côte à côte, le griffon volant à quelques pas d’eux, le goupil sautillant devant et Kara sur l’épaule droite d’Alex. Tandis qu’ils marchaient, Jon regarda le ciel à la recherche de quelque aurore boréale mais n’était pas sous les bonnes latitudes, il n’aperçut que les étoiles les plus brillantes de la Voie Lactée. Après un petit moment de marche, Lynda échangea quelques mots avec Karl mais l’islandais n’en saisit pas le sens. Le vent avait forci et les paroles se perdaient au milieu des flocons. L’américain en profita pour chuchoter alors à son ami.

- Une soirée de plus avec toi à s’amuser…

- Et c’est pas la dernière !

Alex afficha un sourire et posa sa tête sur l’épaule de son compagnon. Puis, la discothèque fut en vue, après même pas une dizaine de minutes de marche. Le bâtiment comportait deux étages, comme la plupart des boîtes de nuit islandaises, et une musique lointaine parvenait jusqu’aux oreilles du petit groupe. Les fenêtres étaient obscurcies mais quelques bribes de lumière colorée passaient au travers des minces fissures dans le papier noir recouvrant les carreaux. Les quatre humains franchirent les derniers mètres qui les séparaient de la porte d’entrée et pénétrèrent dans la boîte de nuit. Jon en profita pour secouer des chaussures, de même que ses vêtements et ses cheveux. Le hall d’entrée consistait en une petite pièce, pas très large et à la décoration sobre. L’islandais, qui avait l’habitude de fréquenter des endroits de ce genre, nota que généralement, il n’y avait pas de hall d’entrée mais que les passants entraient directement dans le bar. Car il faut noter qu’il y a toujours un bar dans une discothèque, tandis que l’inverse n’est pas forcément vrai.

- Bon, ben, nous sommes arrivés, je pense que c’est pas votre première fois dans une boîte de nuit…

Jon et Alex firent signe que non, ils ne comptaient plus leurs nuits passées à danser et à boire, même si la plupart étaient des soirées privées. Mais Karl sembla moins réactif que les deux amoureux et l’islandais émit l’hypothèse que le jeune allemand n’avait jamais mis les pieds dans un endroit de ce genre. Après réflexion, Jon se rappela que les boîtes de nuits islandaises n’étaient autorisées qu’à partir de 22 ans et que cela n’était donc pas si étonnant. Les irlandais du Nord devaient donc être plus tolérants sur ce point-là.

- … donc on va poser nos vêtements dans la loge un peu plus loin, mais on garde les portefeuilles sur soi hein ? Puis on se cherchera une table dans un coin pour être tranquilles, les deux étages seront complètement remplis d’ici deux heures je pense…

L’islandais haussa un sourcil à l’évocation d’une loge. Décidément, les boîtes de nuit irlandaises le surprenaient. Mais après tout, ce ne serait pas désagréable de se délester de ces encombrants vêtements d’hiver et les trois garçons suivirent Lynda le long d’un couloir. Ils arrivèrent sur une autre pièce, plus grande, où attendait patiemment un jeune homme accoudé à son comptoir. Derrière lui, des rangées de portes manteaux presque vides s’étendaient. Le reste de la pièce était meublé par quelques fauteuils, et une plante verte. La jeune irlandaise s’approcha du long meuble en bois et déposa ses affaires en saluant le garçon. Le reste du groupe fit de même et leurs manteaux reposèrent bientôt au bout de cintres, un numéro sur chaque. Le jeune homme leur remit à chacun le numéro correspondant à leurs affaires et leur souhaita bonne soirée.

- * Von, il va y avoir du monde en haut, donc si tu veux rester là ? *

- * Nan ça va… Je vais suivre Dragniz ! *

Lynda se dirigea ensuite vers une épaisse porte en bois menant à la pièce principale du rez-de-chaussée, où se trouvait le bar et de nombreuses tables et leurs fauteuils confortables. Il y avait déjà quelques personnes et des haut-parleurs diffusaient une musique proche d’un genre de rock électro. Enfin dans sa sphère, Jon saisit la main de son ami et le traîna jusqu’au comptoir où ils commandèrent des bières. Une fois servis, ils empoignèrent leurs bouteilles et l’islandais monta vivement les marches pour rejoindre la salle au premier étage. Là, l’ambiance était nettement meilleure et de nombreux danseurs se trémoussaient déjà sur l’air de musique. Au fond de la salle, un DJ s’occupait de la musique de la boîte de nuit et le long des murs, étaient réparties de hautes tables accompagnées de leurs tabourets. Un autre petit bar se trouvait au fond de la pièce avec quelques chaises et servait à ravitailler les danseurs assoiffés ayant la flemmardise de descendre un étage. La lumière était tamisée et des flashs colorés éclairaient de temps à autre la grande pièce. Finalement, il y avait déjà un certain nombre de personnes.

- Je crois qu’on a perdu Karl et Lynda…

Jon en profita alors pour déposer un baiser discret sur les lèvres d’Alex.

- C’est pas plus mal.

Puis, avalant quelques gorgées de bière, Jon s’en fut poser sa bouteille sur une table et s’élança sur la piste de danse, bientôt rejoint par son compagnon. Les bouteilles se succédèrent, de même que les musiques, les minutes de dance et les sujets de conversations entre les deux amoureux. Après presque une heure, Jon finit par être un peu éméché, de même qu’Alex. Ils décidèrent alors de prendre une pause et remarquèrent que leurs deux amis étaient assis à une table sur des fauteuils. L’islandais et l’américain les rejoignirent alors, légèrement trop hilares pour paraître sobres.

- Alors… Tu viens souvent ici, Lynda ?

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Tjùùùù...


" I am a very positive guy, I am quite happy in general, so... I think that if you think positive, the… The force is with you ! Basically. "

Álafoss - Sigur Rós
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 20/02/2011

... Suite ...
Animal: Dragniz, un griffon
Etudes: De tout, avec une dominante musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Jeu 2 Fév - 1:15

Karl vit Jon hausser un sourcil d’étonnement à la référence de Lynda sur une loge pour déposer les vêtements, ce qui lui fit penser que ça devait être différent en Islande et dans les différents pays que l’islandais avait traversés jusqu’ici. En tout cas, les trois garçons suivirent leur guide de la journée le long du couloir pour arriver sur une pièce un peu plus grande que la précédente où se trouvait un jeune homme dans la vingtaine d’années, assis derrière un comptoir et l’air d’attendre impatiemment la fin de sa soirée tellement il était vautré sur ses coudes. Karl aperçut de nombreux portes manteaux derrière le garçon, mais la majorité étaient encore libres d’utilisation, ce qui lui laissa penser qu’il n’y avait pas encore grand monde comme l’avait prévu son amie. La salle était assez simple, garnie de quelques fauteuils, sûrement si la salle était remplie pour pouvoir faire attendre les consommateurs de la discothèque, ainsi que d’une sympathique plante verte dans un coin de la pièce qui montait jusqu’au plafond. Lynda s’approcha en première du comptoir et le garçon se réveilla, se redressa et se leva pour prendre les affaires de la jeune fille tout en répondant au ’’Bonsoir !’’ de l’irlandaise. Puis ses trois accompagnateurs firent de même à sa suite et l’ensemble des manteaux finirent ainsi sur quatre crochets différents derrière le jeune homme préposé aux gardes-manteaux.

Le pauvre… il a l’air de se faire chier autant que celui que j’avais vu une fois au théâtre en Allemagne…

Chacun des humains reçut de la part de l’employé, ou de l’exploité selon la façon dont on le regardait, un numéro correspondant à celui de leurs manteaux pour pouvoir les récupérer à la sortie. Puis, après qu’ils se soient tous souhaités une bonne soirée, le petit groupe se dirigea, l’irlandaise toujours en tête, vers une épaisse porte en bois qui menait à la pièce principale, celle du rez-de-chaussée. Là se trouvaient le bar de la boîte de nuit ainsi que plusieurs tables entourées de fauteuils confortables.

Pour ce qu’on m’avait raconté des bars et des discothèques en Allemagne, c’était pas aussi classe qu’ici ! Des fauteuils partout, de belles tables, de la déco sympa… j’aime beaucoup !

Des hauts-parleurs situés dans chaque coin de la salle et même au plafond envoyaient une musique ressemblant à du rock tourné électro, mais le genre changeait assez souvent, même s’il restait dans ces types de musiques aux basses puissantes. Karl et Lynda virent alors Jon prendre son ami par la main et s’en aller au bar pour commander probablement des bières.

’’Si tu veux qu’on les suive, c’est pas un soucis.’’

L’allemand se retourna vers son amie qui se tenait à vingt centimètres de lui, et s’approcha près d’elle un sourire aux lèvres. Il prit la main gauche de la jeune fille dans sa main droite, lentement, et posa sa main gauche sur sa joue droite.

’’Moi je vais où toi tu veux aller, Lynda…’’

’’*Que c’est romantiiiiiiiiiiiiiiiiique !*’’

Mais l’allemand n’entendit pas la remarque de son compagnon car les deux amoureux s’embrassèrent tendrement en joignant leurs lèvres pour un long baiser. Leurs langues firent un ballet entre leurs bouches liées durant un bon moment et les deux adolescents fermèrent les yeux pour profiter de ce doux bonheur qu’est d’embrasser l’être aimé. Seulement une minute venait de passer quand leurs lèvres se séparèrent lentement l’une de l’autre, et des étoiles brillaient dans les yeux pétillants du jeune couple. Un sourire immense était sur chacun des deux visages, et serrant un peu la main de son copain dans la sienne, l’irlandaise fit un mouvement vers le côté.

’’On va danser ?’’

’’Après toi bien sûr !’’

Et l’irlandaise tira son ami par la main pour l’emmener vers la salle du deuxième étage. Les deux amoureux cavalèrent dans les escaliers pour se retrouver très vite sur la piste de danse. L’ambiance dans la grande salle était chaude et chaleureuse, et plusieurs personnes étaient déjà en train de danser, dont Jon et Alex qui se trémoussaient sur l’air de musique du moment. Karl aperçut le DJ au fond de la pièce qui s’occupait d’animer la soirée et de hautes tables entourées de tabourets pour une fois faisaient le tour de la salle. Un autre bar, plus petit que le précédent était là, sûrement pour les fainéants qui ne voulaient pas faire des allers-retours incessants. Des spots de différentes couleurs tamisaient l’ensemble du deuxième étage de la discothèque rendant la pièce quelque peu féerique dans l’état où les deux amoureux se trouvaient. La première chanson fut une de David Guetta avec Usher si l’allemand se souvenait bien, ‘’With or without you’’. Un titre assez peu libre au niveau des mouvements de danse, mais assez sympathique pour commencer à se défouler. Les titres se succédèrent ainsi durant une bonne demie-heure, puis les deux jeunes gens allèrent au comptoir du bar pour prendre une boisson rafraîchissante. Arrivés devant le bar, la question se posa tout de même de choisir quoi prendre…

’’Tu veux prendre quoi toi ?’’

’’Heuuu, j’ai toujours du mal à choisir… mais pas de l’alcool en tout cas.’’

’’Ah ? Tu n’aimes pas trop non plus ?’

’’Juste quelques bières fruitées où on sent pas l’alcool, sinon presque pas oui, pourquoi ? Toi aussi ?’’

’’Ben, je dirais à peu près la même chose, je supporte pas le goût. On prend… un coco classique alors ?’’

’’Ca me va bien ! Je paye ?’’

’’On n’aura qu’à payer une fois sur deux ? Ce sera plus simple !’’

’’Oki, je t’attends à la table là-bas.’’

Et l’allemand partit s’asseoir de l’autre côté de la piste, en voyant Jon et Alex encore en train de danser dans leur coin, lui faisant tirer un sourire dans un coin. Une fois installé, il attendit que son amie revienne et il vit Dragniz et le renard dans un coin de la pièce, Kara sûrement avec eux mais Karl n’arrivait pas à distinguer l’oiseau dans le coin obscur. Le griffon qui avait suivi tous les mouvements des deux couples de la soirée vint tout de même aux nouvelles, pour la forme, auprès de son ami de toujours.

’’*Hey ! Alors, tout se passe comme tu veux mon vieux ?*’’

’’*Merveilleusement bien et toi ? Tu t’ennuies pas trop ? Désolé, mais je peux pas vraiment t’inviter à danser là…*’’

Le griffon comprit dans le ton qu’usa son ami qu’il était sincère et que même sa dernière phrase n’était pas de l’ironie, ce qui lui donna un bon résumé de l’état d’esprit dans lequel était son vieux copain.

’’*T’inquiète pas Karl, j’ai bien compris que c’était important pour toi, je vous ai vus tout à l’heure et j’en ai eu une larme aux yeux, imagine toi !*’’

S’imaginer la créature ailée tirer une larme de son cœur fit rire un peu le jeune homme mais cela lui libéra un poids du cœur de savoir que le griffon ne lui en voulait vraiment pas.

’’*Merci… on se retrouve de temps en temps dans la soirée de tout de manière hein ?*’’

’’*Bien sûr, moi je bouge pas, je reste pour tenir compagnie au renard et à Kara, on parle de vous quatre et on s’amuse bien ça va, on fait passer le temps… sauf quand Von s’endort parce qu’il s’ennuie, mais sinon ça va, on essaie juste de ne rien casser…*’’

’’*Ok… bon, je te laisse, il y a Lynda qui revient avec nos cocas, à plus tard Dragn’ !*’’

En effet, la jeune irlandaise revint s’asseoir à côté de son ami et posa un grand verre de la boisson brune pétillante en face de Karl.

’’A la tienne mon prince charmant !’’

Et dans un éclat de rire, ils trinquèrent et commencèrent à boire. Puis pendant dix bonnes minutes ils causèrent de leur vie, de leur enfance, tout en omettant l’existence d’une certaine créature d’un côté, mais ils commencèrent à se connaître de mieux en mieux. Puis une fois leurs deux verres vidés, ils retournèrent sur la piste pour danser un moment à nouveau. Les chansons s’enchaînèrent et une fois en train de souffler un peu plus fort sous la fatigue, les deux amoureux retournèrent joyeusement s’asseoir à une table après avoir repris du coca, et continuèrent leur discussion d’avant. Puis Alex et Jon arrivèrent à leur table, complètement hilares ce qui donna un indice à Karl pour savoir leur sobriété : elle était soit nulle, soit inférieure à moins mille… ce qui tira un sourire aux deux adolescents qui s’étaient arrêtés à la boisson sucrée et gazéifiée. Pendant que les deux hommes s’installaient eux aussi autour de la table, l’irlandaise glissa un mot dans l’oreille de son voisin quand même…

’’Hihihi, ils sont déjà bien remplis ces deux là, le retour dans la nuit va être bien drôle !’’

Mais l’allemand n’eut pas le temps de répondre à son amie car l’américain prit la parole une fois assis.

’’Alors… Tu viens souvent ici, Lynda ?’’

’’Oh, je viens une fois de temps en temps, à peu près une fois par trimestre ou semestre avec des gens de mon école, mais c’est pas aussi drôle que dans les soirs comme ça…’’ commença la jeune fille tout en serrant la main de Karl dans la sienne en pensant à lui ’’… mais on vous a vu de loin dans la soirée et vous avez l’air de venir assez souvent vous aussi dans des discothèques non ?’’

’’*Hé ! Elle n’a pas remarqué que j’avais complètement improvisé pour les danses durant la soirée ! J’ai trop assuré !*’’

’’*Bravoooo ! Bien joué j’avoue, c’était pas facile !*’’

’’*Merci ! N’empêche, c’est une pure soirée, j’ai l’impression d’être dans mes rêves…*’’

Et les compagnons rejoignirent tranquillement les humains, Dragniz se posant entre Lynda et et Karl, Von et Kara allant avec leurs compagnons aussi. Jon et Alex quant à eux commencèrent à parler de leurs précédentes aventures en soirées…

[HRP]Bon, j’ai fait un effort, je me suis dépêché rien que pour toi ! =) Mais pour la peine, à toi d’avancer dans la soirée ! Moi je me suis trop amusé \o/ C’est romantiiiiiiiiiiiiique hihihi…[/HRP]


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Quand un artiste prend ses ailes pour s'envoler dans un monde fantastique... ça donne ça !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
┼ L'oiseau d'Islande ┼
avatar

Messages : 1212
Date d'inscription : 02/06/2010
Age : 42

... Suite ...
Animal: Von (Renard roux)
Etudes: Musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Ven 3 Fév - 0:12

Les deux adolescents affichèrent un sourire lorsqu’à à la vue du jeune couple, ils comprirent que ces derniers n’étaient plus sobre. Visiblement, Karl et Lynda n’avaient pas l’habitude de cela.

- Oh, je viens une fois de temps en temps, à peu près une fois par trimestre ou semestre avec des gens de mon école, mais c’est pas aussi drôle que dans les soirs comme ça…

Jon se demanda ce que cette soirée avait d’exceptionnelle, puis il aperçut les deux jeunes amoureux se rapprocher l’un de l’autre et ses premières soirées avec Alex lui revinrent en mémoire. Forcément, c’était toujours plus amusant de sortir avec celui, ou celle, que l’on aime. Quoique parfois, les soirées entre amis valaient leur pesant d’or.

- Mais on vous a vu de loin dans la soirée et vous avez l’air de venir assez souvent vous aussi dans des discothèques non ?

Grillés ! Enfin, de toute façon, ce n’était pas un secret et cela les amusait plutôt d’expliquer leurs diverses activités nocturnes dans la capitale islandaise. Malgré les quelques bouteilles de bière que le jeune américain avait déjà vidé, son esprit restait clair et ses réponses naturelles. A force de sortir, il avait l’habitude de boire une certaine quantité d’alcool avant de perdre totalement conscience de ses actes, mais moins que son compagnon islandais qui était formé par son pays natal aux soirées de ce type. C’est pour cela que généralement, Alex buvait moins que Jon.

- C’est vrai qu’on a l’habitude de sortir assez souvent le soir… C’est une sorte de tradition en Islande. On sort les vendredis et samedis soir et on tourne dans les bars généralement jusqu’à trois ou quatre heures du matin !

- Ah ! Le runtur !

Alex afficha un sourire tandis que l’islandais semblait être tombé en extase à la simple prononciation de ce mot.

- Et puis il y a également les soirées entre amis et les soirées privées.

Mais même en étant habitué, les verres de bières commençaient à avoir un léger effet sur le musicien et cela sembla décupler ses facultés à tenir une conversation.

- Les islandais, et scandinaves en général, sont donc tous des fêtards invétérés !

- Oui mais que les fins de semaines et pendant les vacances…

- Jamais lorsqu’on fait de la musique…

- Ça pourrait être drôle !

- Je note !

Alex allait ajouter quelque chose lorsqu’une chanson appréciée du jeune islandais le fit se lever et s’enfuir sur la piste de danse. L’américain se leva alors à son tour et s’en fut le rejoindre en s’excusant auprès des deux jeunes adolescents.

- Désolé, il faut que j’y aille !

Et les deux garçons se retrouvèrent de nouveau en train de danser avec entrain sur les planches de bois, illuminés une fraction de seconde sur deux par un petit appareil commun aux boîtes de nuit. Il y avait beaucoup plus de monde qu’à leur arrivée et, depuis leur place, ils n’arrivaient plus à apercevoir le jeune couple assis sur les fauteuils. Jon était hilare sur la piste et Alex dansait en souriant face à lui. Après un bon quart-heure, ils retournèrent boire quelques verres de bières pour se reposer et se rafraichir. Habillé de son patchwork rouge, Jon commençait à avoir vraiment chaud et Alex avait quant à lui déjà déposé sa veste à l’entrée lors d’une descente précédente au bar principal. L’islandais décida d’en faire autant et une fois une bouteille de bière en main, ils retournèrent à l’entrée pour déposer le vêtement du musicien.

- Ça fait quand même du bien aux oreilles deux minutes de silence…

- Nákvæmlega !

L’islandais afficha un grand sourire avant de poser sa bouteille et d’enlever son pull. Puis, il le confia au jeune homme qui avait l’air de s’ennuyer toujours autant, avant de récupérer sa bière et d’en avaler une gorgée en repartant dans la discothèque. Les deux garçons s’installèrent sur une petite table et burent de nouveau plusieurs bières en discutant de leurs dernières compositions musicales et artistiques.

- J’aimerais bien enregistrer quelques musiques avec des élèves… Ça devrait être pas mal… Si tu as des jours de pause, tu pourrais venir ?

- Évidemment ! D’ailleurs ça fait longtemps qu’on n’a pas enregistré ensemble…

- Aux prochaines vacances, on aura Sundlaugin rien que pour nous !

La discussion continua une dizaine de minute puis, les deux garçons retournèrent danser à l’étage supérieur. Jon commençait à avoir la tête qui tournait légèrement et la chaleur se faisait de plus en plus présente malgré son simple T-shirt blanc sur le dos. Lorsqu’ils arrivèrent au premier, une chanson du groupe O-Zone commençait à peine et Jon s’élança sur la piste de danse en chantonnant les « Ma-ia » du refrain de la musique, Dragostea din tei, avec un grand sourire.

- Ma-ia (hii) ! Ma-ia (huu) ! Ma-ia (haa) ! Ma-ia (haha) !

L’islandais levait les bras l'un après l'autre en rythme avec la chanson et sautait sur place avec joie en secouant légèrement la tête. Alex était totalement hilare et regardait son compagnon sautillant avec entrain sur la piste. Puis il s’en fut le rejoindre mais n’imita pas sa façon de danser et se contenta de simplement bouger en rythme, ses cheveux bruns coupés au bol ondulant avec ses mouvements. Von avait fini par s’endormir sur le griffon, de même que Kara, et ce malgré le niveau assez fort de la musique et l’ambiance électrique de la boîte de nuit. Cela était compréhensible car la journée avait été bien chargée et qu’il était déjà plus de 23 heures. Mais l’heure ne semblait pas déranger l’islandais, après tout, il n’était pas si tard et il commençait à peine à être fatigué. De nouvelles musiques défilèrent ensuite dans les haut-parleurs et Jon redoubla d’inventivité pour trouver des chorégraphies de danse toutes plus étranges les unes que les autres. Après presque une demi-heure de danse, l’islandais et l’américain décidèrent de retrouver leurs amis pour une petite pause méritée.

- Jon… Tu les vois ?

L’islandais s’appuya sur son ami et entoura la nuque d’Alex de son bras droit avant de le pousser légèrement dans un endroit un peu plus tranquille.

- Là !

Le jeune couple avisa alors Karl et Lynda en train de danser et les deux garçons s’approchèrent d’eux, Jon enserrant toujours Alex avec son bras, encore plus hilares et de moins en moins sobres. L'islandais passa sa langue sur ses lèvres et se gratta discrètement le nez de la main gauche.

- Pas trop fatigués ?




[HRP] Hahaha ! Je m'amuse trop dans ce RP... J'ai du voir la vidéo une trentaine de fois et ça me fait toujours rire ! X) N'empêche, vivement nos 18 ans qu'on fasse ça nous aussi ! ^^ [HRP]

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Tjùùùù...


" I am a very positive guy, I am quite happy in general, so... I think that if you think positive, the… The force is with you ! Basically. "

Álafoss - Sigur Rós
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 20/02/2011

... Suite ...
Animal: Dragniz, un griffon
Etudes: De tout, avec une dominante musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Dim 5 Fév - 22:59

La question de l’irlandaise sembla plus amuser les deux jeunes hommes que les embêter, fait que Karl appropria aux bouteilles de bière qu’ils avaient déjà du ingurgiter dans la soirée… mais il fut tout de même impressionné par la manière dont l’américain leur répondit, car il lui sembla presque naturel, sobre dans sa réponse. Mais ils étaient bien joyeux à leurs visages, et ce n’était sûrement pas uniquement par le fait que le couple passait une bonne soirée ensemble, l’alcool jouant son rôle lui aussi…

’’C’est vrai qu’on a l’habitude de sortir assez souvent le soir… C’est une sorte de tradition en Islande. On sort les vendredis et samedis soir et on tourne dans les bars généralement jusqu’à trois ou quatre heures du matin !’’

Et l’islandais sortit de sa réserve habituelle, se qui conforta Karl dans son idée qu’il était vraiment bien… bourré ! Surtout vu sa remarque…

’’Ah ! Le runtur !’’

… sûrement une fête islandaise où ils se bourrent la gueule toute la nuit… normal en même temps, faut être timbré pour vivre sur une île scandinave aussi loin dans la mer… mais c’est ça qui est drôle avec eux !

Et Jon sembla perdu dans ses pensées, un sourire hagard, comme en extase, sur son visage, ce qui tira un sourire aux autres humains du groupe.

’’Et puis il y a également les soirées entre amis et les soirées privées.’’

’’Les islandais, et scandinaves en général, sont donc tous des fêtards invétérés !’’

Tiens ? Il commence à parler beaucoup Jon… je me demande combien de bières il a déjà bues…

Bien d’accord avec toi ! Mais surtout les islandais !

’’Oui mais que les fins de semaines et pendant les vacances…’’

Oh là là… les vacances doivent passer vraiment vite chez eux, entre dormir et aller boire un coup, ils doivent pas s’ennuyer ! Et le froid doit pas trop les gêner non plus…

’’Jamais lorsqu’on fait de la musique…’’

Tiens, v’là du neuf, il se met à parler de sa carrière maintenant ? Il doit avoir l’alcool révélateur Jon…

’’Ça pourrait être drôle !’’

’’Je note !’’

J’ai mal d’avance pour leurs instruments…

Boire et jouer de la musique en même temps ? Le résultat doit être… intéressant ?

Alex ouvrait la bouche pour dire quelque chose quand il fut coupé par son ami qui partit d’un coup en entendant une chanson venir des hauts-parleurs de la salle, obligeant son petit ami à le suivre précipitamment, lui laissant juste le temps de s’excuser.

’’Désolé, il faut que j’y aille !’’

Et Lynda et Karl virent les deux amoureux s’en aller devant leurs yeux pour danser sur la piste avec ivresse et entrain. Enfin tranquilles et riant un peu du passage éclair de leurs deux amis, leurs deux sourires se rapprochèrent l’un de l’autre pour s’unir en un doux baiser et un trop court câlin pour leurs langues follement amoureuses, puisque les adolescents repartirent sur la piste main dans la main peu de temps après que leurs lèvres se soient liées. Les titres s’enchaînèrent à une vitesse impressionnante pour l’allemand qui ne voyait pas le temps passer avec le contact avec celle qui lui avait ouvert et pris son cœur ce jour là. L’irlandaise était une très bonne professeur de danse sans le savoir, Karl se débrouillant à merveille en suivant les mouvements gracieux de Lynda sur la piste de danse. Un titre un peu plus calme que les autres vint s’intercaler entre les morceaux puissants de discothèque habituels et profitant de cette pause, les deux amoureux s’enlacèrent pour un court slow, deux minutes de repos pour leurs oreilles étant les bienvenues… puis le DJ de la soirée prit la parole rapidement pour annoncer le titre suivant et une danse enjouée reprit entre les deux amoureux. Le temps passa vite, trop vite, beaucoup trop vite pour l’allemand, les secondes défilaient à une vitesse époustouflantes devant ses yeux, les minutes devenaient des instants et les musiques faisaient un flot continu qui englobait le jeune couple qui ne se quittaient des yeux. Leurs pupilles brillaient de joie et de bonheur et des étoiles constellaient dans leurs regards, éblouis par leurs propres sourires. Une pause coca-cola vint s’incruster au milieu de la suite de la soirée pour se rafraîchir quelque peu avant de repartir sur la piste avec toujours plus d’énergie, l’adrénaline montant avec les heures qui passaient… enfin, le temps qui passait, étant donné que Lynda et Karl avaient perdu la notion du temps…

Dragniz, lui, s’endormit dans son coin lui aussi au final, harassé de fatigue comme les autres compagnons, et commença à rêver d’un doux futur et de prochaines journées aussi passionnantes que celle-ci…

Jon et Alex disparurent de leur champ de vision pendant un bon moment en tout cas, mais ils ré-apparurent à un moment durant une danse un peu plus calme que d’autre, mais commençant à fatiguer un peu, ça devenait dur pour les deux jeunes de continuer. Le couple américo-islandais s’approcha tranquillement d’eux, Jon enlaçant son petit ami avec son bras autour de sa nuque. Les deux amis étaient complètement ivres de joie dans tous les sens de l’expression. S’arrêtant de danser, les deux jeunes amoureux se tournèrent vers leurs amis qui étaient vraiment fin soûls à leurs yeux, mais encore potables.

’’Pas trop fatigués ?’’

’’Hmm, ça peut aller, mais un peu fatigué pour ma part oui…’’

’’Oui, moi je commence à fatiguer un peu aussi, ça a été une longue journée quand même aujourd’hui…’’

’’Vous voulez rester encore un peu ou on rentre chez Lynda tous ensemble ?’’

’’Et on pourra toujours trouver quelque chose à faire avant de dormir au pire, surtout que d’ici pas longtemps, ça va commencer à être les sorties de soirées et il y aura plein de voitures avec des gens bourrés au volant, et c’est pas très prudent de rentrer à pieds après…’’

’’*Hé ! Dragniz ! Hé ! Oh ! Réveille-toi ! Mon vieux ?!*’’

’’*Hmm… on rentre ?*’’

La voix rêveuse du gardien des rêves et encore endormie résonnait faiblement dans la tête du garçon.

’’*Allez, réveille les autres, on va sûrement partir maintenant !*’’

’’*Hmmm… bon… d’accord, on vous rejoint…*’’

Et le griffon poussa un grand bâillement avant de se lever, de soulever Von sur son dos et de prendre Kara aussi sur son dos en soulevant l’oisau avec son aile, et de prendre le chemin sur le bord de la piste pour rejoindre ses amis.



¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Quand un artiste prend ses ailes pour s'envoler dans un monde fantastique... ça donne ça !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
┼ L'oiseau d'Islande ┼
avatar

Messages : 1212
Date d'inscription : 02/06/2010
Age : 42

... Suite ...
Animal: Von (Renard roux)
Etudes: Musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Mer 8 Fév - 0:15

Les deux jeunes s’arrêtèrent de danser et se rapprochèrent de Jon et Alex avec un léger sourire en coin. La sobriété proche du néant des deux garçons devait, évidemment, finir par être visible et cela semblait amuser Karl et Lynda qui, pour leur part, devaient s’être contenté de soda et autres boissons sans alcool.

- Hmm, ça peut aller, mais un peu fatigué pour ma part oui…

Lynda enchaîna ensuite en augmentant légèrement le son de sa voix pour se faire entendre de tous, tandis que Jon lorgnait sur les bouteilles de bière du comptoir. Il avait de nouveau soif après sa dernière prestation de danse.

- Oui, moi je commence à fatiguer un peu aussi, ça a été une longue journée quand même aujourd’hui…

Alex en profita pour glisser son bras gauche autour de la taille de son ami, étant trop petit pour enserrer les épaules de l’islandais. Malgré la chaleur qui régnait dans la salle, c’était si agréable de sentir la présence du jeune américain à ses côtés, que Jon serra également son ami contre lui avec plus de force.

- Vous voulez rester encore un peu ou on rentre chez Lynda tous ensembles ?

L’islandais allait répliquer qu’à force de faire des concerts tard le soir et de ne pouvoir dormir après, il avait l’habitude de veiller tard, surtout si c’était pour danser. D’ailleurs, ses heures de sortie dépassaient généralement allégrement les trois heures du matin. Mais Jon se ravisa de parler de n’importe quoi devant ses amis. L’islandais ne craignait pas grand-chose en révélant ses réelles activités musicales aux deux adolescents, mais les mentalités n’étaient pas les même qu’en Islande et Alex et lui avaient peur d’être gênés dans leur quotidien à l’université si la nouvelle se répandait. Alors autant n’en parler à personne, même s’il fallait faire attention à chacun de leurs propos. Jon avait en effet l’habitude de parler naturellement de cela avec ses amis et, sous l’effet de l’alcool, les langues se déliaient facilement. Bien sûr, il faisait toujours attention. Boire était une activité qui occupait, certes, une certaine partie du temps libre de l’islandais, après la musique et d’autres choses bien sûr, mais ce n’était jamais jusqu’à perdre conscience de ses actes. Un état de plénitude légèrement euphorique suffisait. Il lui avait fallu un peu de temps avant de trouver la limite, et quelques mauvaises expériences, mais il l’avait trouvée et depuis, presque jamais dépassée. Ce soir-là, il n’en était d’ailleurs plus si loin et s’ils voulaient repartir demain à l’université dans un état à peu près potable, il faudrait effectivement songer à rentrer d’ici peu.

- Et on pourra toujours trouver quelque chose à faire avant de dormir au pire, surtout que d’ici pas longtemps, ça va commencer à être les sorties de soirées et il y aura plein de voitures avec des gens bourrés au volant, et c’est pas très prudent de rentrer à pieds après…

Trouver quelque chose à faire sans les deux adolescents était facile, avec eux, un peu moins. Surtout avec les deux garçons légèrement gris. Mais il fallait bien se ranger à la décision du groupe et Alex fit alors entendre sa voix pour approuver la proposition de Lynda, en son nom et en celui de Jon.

- Nous on vous suit...

Le jeune américain afficha un sourire tandis que son ami ajoutait dans son oreille avec une voix légèrement taquine.

- Même pas le temps pour une dernière danse ?

L’américain lui chuchota que les deux adolescents semblaient fatigués et qu’il y aurait bien d’autres soirées de ce genre dans leur vie. L’islandais afficha une mine légèrement vexée et un discret sourire en coin. Puis, Lynda se dirigea vers les escaliers et retourna dans la première pièce, suivie par Karl, le tas de compagnons et les deux garçons qui avaient un légers temps de retard dû à leur discussion.

- Même pas une dernière bière ?

L’américain soupira et attrapa la main de Jon, qui avait dû lâcher l’épaule d’Alex pour pouvoir descendre sans tomber, pour l’entraîner à la suite de la jeune irlandaise vers la sortie et non vers le bar. Une fois de plus, l’islandais paru légèrement dépité mais préféra suivre son petit ami, qui d’ailleurs semblait avoir un esprit plus clair. La porte passée, la musique s'évanouie, de même que la chaleur ambiante et l’atmosphère électrique. La bonne humeur, et les effets euphoriques de la bière, persistaient par chance toujours, sauf pour le pauvre jeune homme qui patientait depuis bientôt trois heures derrière son comptoir de bois. Jon le plaignait intérieurement en se rappelant les premiers petits boulots qu’il avait dû faire avant l’enregistrement de leur second album.

L’islandais récupéra son pull en patchwork rouge et son manteau, qu’il enfila l’un après l’autre avant de remettre ses mitaines par-dessus les longues manches de son vêtement rouge. Les trois autres avaient fait de même et quelques minutes après, ils furent prêts à affronter de nouveau le froid. Cette fois-ci au moins, Jon et Alex avaient plus chaud qu’à l’aller grâce à leurs nombreuses bières, même si les effets finissaient toujours par se dissiper à un moment ou à un autre. Von, qui n’avait pas daigné se lever, sommeillait sur le dos du griffon et s’agitait parfois, rêvant aux nombreuses balades réalisées près de la rivière attenante au studio des quatre garçons. Kara avait quant à lui renoncé à dormir et voletait entre les ailes de l’immense animal, surveillant la scène d’un coin de l’œil.

Le petit groupe se mit en marche vers la petite pièce d’entrée en saluant amicalement le jeune garçon, qui daigna alors afficher son premier sourire de la soirée. Rien n’avait changé dans le hall, si ce n’est qu’une jeune fille semblait attendre l’un de ses amis en affichant un air maussade. L’islandais songea qu’elle devait attendre depuis un bon moment déjà pour avoir paraître d’aussi mauvaise humeur. Dehors, la neige s’était arrêtée de tomber mais les nuages gris s’amoncelant dans le ciel ne présageaient rien de bon pour les heures à venir. Dans la pâle lumière des lampadaires, Jon avisa au coin de la rue un autre couple qui semblait en plus mauvais état que les deux garçons et l’islandais se dit que la culture de l’alcool était vraiment universelle.


- * Von… Tu dors ? *

- * Jon… T’es bourré ? *

- * Hein ? Un peu, pourquoi ? *

- * Pas mal plutôt… Je croyais qu’il fallait poser des questions aux réponses évidentes. *

- * Okay, j’ai compris… *

Le renard bailla sur le dos du griffon avant de s’étirer et de se rouler en boule dans une position plus confortable. Le petit groupe s’était remis en marche, Karl et Lynda toujours devant main dans la main, et les deux garçons suivaient derrière eux, aussi fusionnels que lors du dernier trajet. Le froid avait la capacité de rapprocher les Hommes, même si pour eux deux, le froid n’était pas la seule raison.

- * Hé ! Avec l’alcool et la neige, fais gaffe de ne pas tomber… *

- * Merci… Mais j’ai connu pire ! *

Le goupil s’esclaffa.

- * Je sais… *

Puis, Von ferma les yeux pour de bon et retourna se perdre dans les bras de Morphée. L’islandais se concentra alors sur ses pieds et sur la neige qui crissait lorsque soudain, Alex dérapa sur une plaque de verglas dissimulée sous la couche blanche. Le jeune américain tenta de se raccrocher à l’islandais mais l’équilibre des deux amis étant légèrement détérioré par l’alcool, et Jon étant également situé sur une zone glissante, le musicien se retrouva le dos dans la neige et Alex affalé sur lui. Décidément, cette journée était dédiée aux chutes qui, pourtant, n’étaient pas habituelles chez les deux garçons, au contraire.

- ‘Tention ça glisse…

Jon éclata de rire, de même que le jeune américain et les deux adolescents se retournèrent alors, apercevant les deux garçons étalés dans la neige. L’islandais releva légèrement la tête pour analyser un tant soit peu la situation tandis que son petit ami, qui s’était retrouvé à moitié étalé sur le ventre de son ami, secouait ses mains couvertes de neige.

- Pas trop mal ?

- Nan, nan…

Oubliant légèrement la présence des deux adolescents hilares, et également encouragé par la bière et bien d’autres facteurs, Jon attrapa son ami par le manteau et le ramena plus près de son visage avant de l’embrasser avec entrain. Après une bonne dizaine de secondes, Jon relâcha son étreinte mais Alex n’était pas tout à fait d’accord et déposa un second mais court baiser sur les lèvres de l’islandais. Enfin, les deux garçons se séparèrent et réussirent à se relever en s’aidant l’un l’autre et en souriant. Puis, la main de Jon vint se glisser de nouveau dans celle de son petit ami tandis que Karl et Lynda étaient hilares en face d’eux.



[HRP] Vive la neige, vive la neige, vive la neige en Lorraine ! [/HRP]


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Tjùùùù...


" I am a very positive guy, I am quite happy in general, so... I think that if you think positive, the… The force is with you ! Basically. "

Álafoss - Sigur Rós
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 20/02/2011

... Suite ...
Animal: Dragniz, un griffon
Etudes: De tout, avec une dominante musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Mer 8 Fév - 23:23

Les deux plus âgés du groupe ne semblaient pas être les plus fatigués de la bande, mais ils se résignèrent tout de même à rentrer avec les plus jeunes… qui se disaient intérieurement que s’ils étaient restés encore longtemps à la discothèque, il aurait fallu de nombreux remorqueurs pour ramener les deux épaves à la maison de l’irlandaise…

’’Nous on vous suit...’’

L’américain arborait un grand sourire en disant cela, même si Karl se demanda si c’était son sourire habituel ou si l’alcool était quelque peu présent dans cet éclat blanc. L’islandais ajouta un commentaire dans l’oreille de son ami et l’américain lui répondit quelque chose d’inaudible pour les deux adolescents, mais ils s’imaginèrent bien que l’islandais ne faisait que commencer la soirée dans sa tête… mais il se rangea tout de même à l’avis de son petit copain et Lynda mena alors le petit groupe en dehors de la salle. Ils descendirent les escaliers et arrivèrent dans la première pièce, un couple devant, un couple derrière, les compagnons suivant le tout derrière d’un air fatigué. Se penchant vers son amie, Karl glissa quelques mots dans un chuchotement.

’’Il semble un peu dépité de partir maintenant Jon…’’

’’Oui, j’ai vu, mais tu as remarqué son état aussi, il tiendrait plus debout d’ici une heure si on restait aussi, même si ce serait pas pour la même raison que nous…’’

L’allemand rigola en coin de la plaisanterie de son amie et voyant l’islandais et l’américain un peu en arrière, Jon un regard vers le bar, il répondit à Lynda.

’’T’as bien raison, il est déjà bien gris là !’’

L’irlandaise ouvrit la porte pour sortir de la pièce et arbora un large sourire en se tournant vers Karl en lui tenant la porte, transportant le cœur du jeune homme un peu plus haut dans le ciel. Celui-ci tint l’ouverture ouverte pour ceux qui traînaient un peu derrière lui avant de la suivre à son tour. Ils avancèrent dans le couloir et retombèrent sur le jeune homme à la loge qui semblait toujours aussi ennuyé qu’avant. Le petit groupe réussit à lui donner un petit sourire à leur passage, mais ils ne sauraient jamais pourquoi… est-ce leurs manières polies, leurs ‘’Merci !’’, leurs ‘’Bonne soirée !’’, ou bien l’état vraiment drôle des deux adultes ? En tout cas, ils récupérèrent tous leurs manteaux et divers vêtements laissés là à leur arrivée. Quelques minutes d’habillage plus tard, Dragniz faisant quelques commentaires sarcastiques sur les abus de l’alcool et du comique de gestes qu’effectuait Jon à ses yeux…

Enfin, la bande sortit de la discothèque, la musique s’évaporant de leurs oreilles et le silence de la nuit la remplaçant dans leurs têtes. Karl prit la main de son amie dans la sienne et ils avancèrent serrés l’un contre l’autre à travers la dureté hivernale en se donnant un peu de chaleur comme ça. Dragniz portait toujours le renard sur son dos mais Kara voletait gracieusement au-dessus de lui pour ne pas succomber à la fatigue probablement et suivre la scène qui, avec l’état des deux hommes, était bien partie pour être intéressante ! Ils marchèrent ainsi durant un bon moment quand soudain, un bruit mat de chute se fit entendre dans le dos des deux amoureux. Ils se retournèrent alors pour voir Alex affalé sur le sol neigeux et surtout sur le pauvre Jon, les deux compères riant de bon cœur.

’’*Tout simplement magique…*’’

’’Ils sont pas sérieux là ? Comment ils ont fait ?!’’

’’Ils ont du voir leur reflet par terre et ils ont pas capté que c’était de la glace sûrement ?’’

Et à cette remarque, les deux adolescents éclatèrent de rire aussi, sans penser au pauvre couple éclaté sur le sol. D’ailleurs, Jon et Alex s’embrassèrent durant quelques instants devant les yeux des deux adolescents qui profitèrent de ce moment de tranquillité pour en faire de même et goûter à quelques baisers entre deux crises de rire. Enfin, les deux hommes au sol décidèrent de se relever un sourire sur leurs visages. La bière devait vraiment avoir un effet joyeux sur les deux là, ils ne semblaient rien prendre mal ce soir… bon, sûrement leur chute quand même, mais ils étaient tout le temps de bonne humeur ! Reprenant la main de son petit ami dans la sienne, Jon s’avança aux côtés d’Alex vers les deux adolescents toujours en train de rire…

’’Bon… et surveillez les plaques de glace surtout, elles semblent joueuses ce soir !’’

’’Et si vous vous voyez en double, c’est pas l’alcool hein ? C’est une plaque de verglas, regardez bien !’’

Et s’adressant autant à son grand rêveur, Dragniz ajouta à celui qui dormait sur son dos et son compagnon des airs :

’’*En même temps, ils ont bu tellement de bière qu’ils doivent mourir d’envie de boire de l’eau, quelque soit sa forme… héhéhé…*’’

… et la petite troupe reprit son chemin sur la neige des trottoirs, avec toujours la même conformation. Le reste du chemin se passa sans autre incident notoire, si on omet les crises de rires des deux olibrius qui suivaient les deux jeunes amoureux ainsi que le fait que Dragniz aurait pu s’éclater lui-aussi par terre s’il ne s’était rattrapé de peu avec un coup d’aile qui provoqua une mini tempête de neige, obligeant Karl à serrer un peu plus fort l’irlandaise dans ses bras pour qu’elle ne tourne pas la tête vers ce fait qui serait quelque peu mystique pour elle… on oubliera aussi rapidement les jurons grossiers du griffon qui provoqua une nouvelle séquence de rires chez les compagnons qui se relayèrent jusqu’aux deux hommes ivres de tout… enfin bon, tant est si bien qu’ils arrivèrent tous en un seul morceau à la demeure de l’irlandaise – on ne peut pas dire qu’ils étaient sains et saufs, vu que le ‘’sain’’ était peu opportun avec la situation de Jon principalement… Lynda se détacha de son petit ami pour chercher ses clés dans sa poche intérieure et introduisit cette dernière dans l’orifice de la porte, avant de s’arrêter un moment.

’’Bon, inutile de le dire j’espère, mais on essaie de ne pas faire trop de bruit et surtout on salit rien hein ?’’

La réflexion tira un sourire entendu de chacun des protagonistes et l’irlandaise fit tourner l’objet métallique entre ses doigts pour ouvrir l’antre de la chaleur. Les quatre amis entrèrent donc et s’essuyèrent les chaussures à l’entrée pour enlever un peu la neige, ce que Dragniz fit aussi étant donné qu’il était le seul à avoir marché dans la neige au final, et ils se dévêtirent tranquillement en faisant très peu de bruits. Puis les quatre être visibles se dirigèrent dans le salon avant de s’asseoir par couple sur les deux matelas pour respirer un coup.

’’*Je suis crevé, ce fut long…*’’

’’*Bien d’accord, belle journée mais crevante… t’as réussi à t’amuser quand même vieux ?*’’

’’*Ouiiiiiii, c’était génial ! Surtout la fin avec Jon et Alex bourrés dans la neige, ça, c’était énorme !*’’

’’*Yeeaah ! On était morts de rire nous aussi !*’’

’’*Héhéhé… bon, maintenant, au dodo !*’’

’’*Hmmm… je suis fatigué, mais j’ai pas envie de dormir là… tiens, j’ai une idée !*’’

’’*Hein ? Oh non, qu’est-ce que tu fais là ? Je le sens mal…*’’

Karl s’était emparé de l’un des deux oreillers sur le matelas et l’avait projeté en plein dans la tête de son adversaire direct qui, ne s’y attendant pas le moins du monde, s’affala en arrière sur son matelas avant de se relever un air ahuris sur son visage.

’’Headshot ! Pas trop mal Jon ?’’

[HRP]Hmm, un peu court et faible, mais bon, j’étais pressé de passer à la bataille d’oreillers \o/ [/HRP]





¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Quand un artiste prend ses ailes pour s'envoler dans un monde fantastique... ça donne ça !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
┼ L'oiseau d'Islande ┼
avatar

Messages : 1212
Date d'inscription : 02/06/2010
Age : 42

... Suite ...
Animal: Von (Renard roux)
Etudes: Musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Jeu 9 Fév - 21:30

Les deux garçons s’éloignèrent de la plaque de glace en se concentrant cette fois-ci sur le fait de ne pas tomber et de marcher doucement. L’islandais était légèrement vexé d’être tombé aussi stupidement alors qu’à Reykjavik, la neige est présente tout l’hiver sur les trottoirs, mais il ne laissa pas paraître. Après tout, ce n’était pas grand-chose et comme il le disait lui-même, il fallait rester positif.

- Bon… et surveillez les plaques de glace surtout, elles semblent joueuses ce soir !

L’islandais ne put s’empêcher de glisser un mot à son petit ami tandis qu’il secouait son manteau où étaient resté accrochés quelques flocons.

- C’est pas parce qu’on a bu quelques bières qu’on est devenu totalement incompétents…

Alex afficha un sourire discret et aida son compagnon à enlever la neige de ses habits.

- Je n'en suis pas si sûr parfois...

- Et si vous vous voyez en double, c’est pas l’alcool hein ? C’est une plaque de verglas, regardez bien !

Le ridicule ne tue pas. Mais il n’est pas sans effet sur la réputation de ses victimes. De toute manière, celles de Jon et Alex en soirée étaient déjà fichues alors autant en profiter comme ils le souhaitaient, même si leur dernière action n’était pas vraiment désirée. L’islandais murmura alors une fois de plus ses commentaires au jeune américain, qui n’en pensait sûrement pas moins.

- N’empêche, je suis sûr qu’eux aussi ils se seraient retrouvés par terre en marchant sur le verglas...

- Ils étaient devant nous... Ils sont passés dessus et ne sont pas tombés.

L'islandais fut dépité par la remarque de son ami.

- Cesse donc de détruire toutes mes théories... Comment dit-on ? Fumantes ?

- Fumeuses...

Jon afficha un grand sourire et enserra alors de nouveau l’épaule de son petit ami.

- Nákvæmlega... Takk...

Et les deux garçons reprirent leur marche à la suite des deux adolescents, leur bonne humeur toujours présente malgré le petit incident. Pendant ce temps, l’immense créature semblait beaucoup s’amuser de la chute de Jon et Alex et il décida d’en discuter avec les deux autres compagnons.

- * En même temps, ils ont bu tellement de bière qu’ils doivent mourir d’envie de boire de l’eau, quelle que soit sa forme… héhéhé… *

Le goupil aimait bien se moquer de son compagnon, mais toujours gentiment et en sachant que Jon comprenait. D’ailleurs, il en faisait tout autant. Mais la remarque du griffon déplu légèrement aux oreilles de Von se releva et s'assit alors tranquillement sur le dos du griffon, sa longue queue touffue ramenée sur ses pattes de devant, bien décidé à bouder le griffon quelques minutes.

- * Jon… Je t’avais dit de faire gaffe ! *

- * Oui bah ça va… On a simplement glissé… *

Puis, l’islandais décida d’ignorer les remarques de son compagnon et préféra discuter avec Alex pour tenter d’oublier le froid qui s’insinuait petit à petit dans ses habits encore légèrement mouillés par la neige.

- Ça me rappelle il y a deux semaines…

- Mon anniversaire ?

- Ouais… Quand John s’est ramassé sur Tjornin après le repas.

- Le patin à glace, c’était pas trop son truc !

- Ni le nôtre.

- C’est pour ça qu’on est resté dans nos chaussures.

Les deux compères éclatèrent de rire tandis qu’ils marchaient toujours serrés l’un contre l’autre. Le reste du chemin se déroula sans incident notoire, jusqu’à ce que le griffon dérape à son tour et provoque une petite tempête de neige en en donnant un grand coup d’aile pour se rattraper. Karl sembla alors se rapprocher soudainement de son amie, sûrement pour détourner son attention des flocons volant à contre sens, et Jon se demanda quelle serait la réaction de la jeune irlandaise lorsqu’elle découvrirait la présence de l’immense créature.

- * Jon… Tu devrais entendre Dragniz pester contre la glace, c’est trop drôle ! *

L’islandais sourit discrètement tandis qu’Alex chuchota à son oreille.

- Tu vois, on n’est pas les seuls à tomber… Enfin à déraper.

Le sourire de l’islandais s’agrandit mais il n’eut pas le temps d’ajouter quelque chose car la maison de l’irlandaise venait d’apparaître devant eux. Lynda s’écarta légèrement pour chercher ses clefs et une fois les morceaux de métal taillé dans la main, elle ouvrit discrètement la porte en bois de sa maison.

- Bon, inutile de le dire j’espère, mais on essaie de ne pas faire trop de bruit et surtout on salit rien hein ?

Les trois garçons acquiescèrent à la remarque de l’irlandaise et tous pénétrèrent alors dans la maison. A minuit et dans une maison étrangère, il était logique de ne pas faire de bruit et encore moins de salir l’intérieur avec leurs chaussures pleines de neige. Chacun s’essuya les pieds et se dévêtit rapidement en faisait le moins de bruit possible dans le petit hall. Enlever ses chaussures fut la partie la plus laborieuse pour les deux garçons qui devaient se tenir en équilibre pour défaire les lacets, la pièce étant trop petite pour tous tenir assis. Puis, le petit groupe fut de retour dans le salon et chaque couple s’assit alors sur l’un des matelas en soupirant d’aise.

- Finalement, c’est quand même bien de rentrer...

- Au fait… On va dormir habillé ?

L’islandais bailla discrètement, révélant alors ses canines pointues si caractéristiques, avant d’afficher un grand sourire.

- On finit par avoir l’habitude... Riceboy Sleeps !

Alex s’allongea alors en travers du matelas, la tête sur les genoux de Jon, agitant ses orteils dans leurs magnifiques chaussettes rayées vertes et noires.

- C’était…

Mais le jeune américain ne put finir sa phrase car Karl avait empoigné un oreiller et l’avait envoyé directement sur la tête du pauvre islandais, ratant de peu celle d’Alex également. Jon, qui ne s’attendait pas vraiment à cela, se retrouva projeté sur le matelas, la tête coincée à quelques centimètres du plancher.

- Headshot ! Pas trop mal Jon ?

Le musicien se releva et regarda de son œil valide le jeune garçon hilare. Il était devenu fou. Complétement fou. Alex s’était également relevé, évitant ainsi de futurs projectiles, et avait empoigné discrètement l’oreiller envoyé par Karl avant de s’approcher tout aussi discrètement du jeune garçon, trop occupé à rigoler dans son coin pour le remarquer. L’américain assena alors un petit coup sur la tête de l’adolescent, tandis que Jon s’était mis à la recherche d’un projectile à balancer sur l’allemand.

- On avait dit pas de bruit !

Et, hilare, Alex fit reculer Karl et lui assenant un second coup malgré le fait que le jeune garçon tentait de se protéger la tête avec ses bras.

- Et pourquoi tant de violence envers mon petit ami ?

Puis, l’américain allait ajouter quelque chose mais, la scène devint assez floue pour les occupants du salon. En quelques fractions de secondes, tout se brouilla et chacun perdit le fil de la situation. Un coussin atterrit dans le dos d’Alex, un autre, lancé par Jon, vola dans les airs et rata totalement sa cible qui n’était d’ailleurs même pas définie, Von traversa la pièce en courant pour éviter le dit coussin, Alex évita un autre coup mais se prit les pieds dans le renard détalant, Jon tenta de se relever mais se retrouva pour la seconde fois de la soirée par terre avec Alex sur le ventre, Karl fut entrainé dans la chute par la main du jeune américain essayant de se rattraper à n’importe quoi, Jon, réalisant que l’allemand se trouvait affalé sur son petit copain, attrapa un oreiller et l’envoya, avec cette fois-ci un peu plus de précision, sur la tête du jeune garçon et pour finir, l’islandais reçu à son tour un oreiller sur la tête, qu’il évita de quelques centimètres à peine, de la part de la jeune irlandaise. Puis, la distorsion temporelle sembla se dissiper, laissant dans son sillage un immense chahut dans le salon. Chaque matelas se trouvait maintenant à l’autre bout du salon, des oreillers trainaient par-ci par-là, de même que les sacs de couchages. Von s’était terré derrière un canapé, Kara sur sa tête et Jon n’apercevait nulle trace de l’immense griffon. En même temps, un oreiller stoppé net dans sa course par un animal invisible aurait sûrement intrigué la jeune irlandaise.

- * Oups... *

L’islandais était pris en sandwich entre un matelas, dans son dos, et son petit copain, sur le ventre, lui-même surmonté de Karl et, au sommet, un oreiller avec sa belle taie bleue. Un autre coussin gisait derrière Jon et ce dernier tentait vainement d’aider son petit copain à enlever le jeune allemand qui se trouvait alors presque nez à nez avec Alex. L’islandais réussi finalement à trouver un peu d’air pour parler.

- Ég er að kafna !

- Littéralement, il dit qu’il étouffe…

Malheureusement, les deux adolescents ne semblaient pas prêts à arrêter la bataille d’oreiller commencée par le jeune allemand.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Tjùùùù...


" I am a very positive guy, I am quite happy in general, so... I think that if you think positive, the… The force is with you ! Basically. "

Álafoss - Sigur Rós


Dernière édition par Jón Þór Birgisson le Lun 20 Fév - 3:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 20/02/2011

... Suite ...
Animal: Dragniz, un griffon
Etudes: De tout, avec une dominante musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Dim 19 Fév - 15:43

Jon se releva (presque) instantanément, même si un petit peu sonné et il fixa d’un œil mauvais et vengeur le jeune homme qui venait de lui déclarer la guerre. Alex s’était aussi relevé et en voyant le couple se redresser ainsi, l’irlandaise se décala un peu de son copain pour les laisser régler ça ‘’entre garçons’’… surtout que l’américain venait d’empoigner l’oreiller utilisé par Karl peu de temps auparavant et s’approchait d’un air sournois vers le ‘’rêveur’’ qui avait du mal à contenir ses rires. Et paf ! Alex frappa en pleine tête sur le visage du pauvre allemand qui roula un peu en arrière et mit ses bras en protection automatique.

’’On avait dit pas de bruit !’’

’’*Ben oui, c’est vrai ! Il y en a qui voudraient dormir là…*’’

Et mort de rire lui aussi, l’américain continua d’attaquer l’adolescent qui se défendait comme il le pouvait, même si l’on ne peut pas protéger tout son corps avec seulement deux bras…

’’Et pourquoi tant de violence envers mon petit ami ?’’

’’*Il marque un point, j’avoue…*’’

’’*Hmm ? C’était trop tentant…*’’

Puis l’américain s’arrêta la bouche ouverte alors qu’il allait ajouter quelque chose quand il reçut un coussin dans son dos, et vu l’angle d’attaque, le projectile devait venir de Lynda qui se planquait derrière un fauteuil pour l’instant, mais Karl n’eut pas le temps de vérifier parce qu’un deuxième oreiller vola à travers la pièce et, comme il se dirigeait vers le renard, ou bien trop peureux, qui se mit à détaler de son coin. Bon, à partir de là, on peut dire que ce fut un joyeux bordel… Alex s’écroula par terre en trébuchant sur le goupil pour écraser Jon sous son poids qui, décidément, devrait finir en crêpe d’ici peu de temps… surtout qu’Alex s’était accroché à Karl pour ne pas tomber, ce qui entraîna le jeune allemand dans la chute de l’américain et fit un beau sandwich de chaire humaine. Puis, l’islandais attrapa un polochon qui traînait là et porta un coup sur la tête de Karl qui, encore une fois, n’y pouvait rien s’il se retrouvait sur le petit ami de Jon à chaque fois… et l’irlandaise n’appréciant pas trop cet acharnement sur son ami envoya un autre oreiller sur l’islandais qu’elle loupa de peu, et voyant la scène, elle s’arrêta un moment pour contempler d’un côté le hamburger à viande américaine et pain bi-nationalité, et de l’autre la pièce où les matelas s’étaient écartés en pays neutres et les oreillers étaient un peu partout quant à eux, les sacs de couchage les accompagnant dans leur fuite. Von et Kara étaient planqués derrière le canapé et Dragniz s’était enfui du champ de bataille assez tôt, regardant le tout depuis le couloir, en se marrant bien. Il faut savoir que si le combat s’était arrêté autour des trois garçons, c’est surtout parce que Karl tenait la seule arme de l’islandais entre ses mains, un bel oreiller à taie bleue, l’américain était bloqué entre les deux et l’islandais… ben, agonisait.

’’*Tu comptes rester longtemps comme ça face à Alex ?*’’

’’*Heuu… je comptais attendre leur reddition moi, mais bon…*’’

Quand un râle sortit de quelque part sous l’allemand, un faible son incompréhensible.

’’Ég er að kafna !’’

’’Littéralement, il dit qu’il étouffe…‘’

’’*Par exemple, ça, c’est une sorte de drapeau blanc nan ?*’’

’’*On peut appeler ça comme ça, si on veut…*’’

Et pendant que l’allemand se relevait, l’irlandaise retourna chercher leur matelas et rassembla un peu les oreillers dans un coin, préparant l’artillerie lourde probablement. C’est pour cela qu’une fois debout, Karl retourna aux côtés de Lynda et, alors qu’Alex aidait Jon à se relever et le réconfortait un peu, ils armèrent leur tir. Puis, lorsque les deux plus âgés du groupe se retournèrent, ils reçurent un oreiller chacun dans le ventre, à pas grand chose près. Mais alors qu’Alex et Jon rattrapaient les oreillers avant qu’ils ne tombent et que chaque membre de la pièce était l’oreiller à la main, prêt à faire feu, un crissement de plancher se fit entendre à l’étage. La scène sembla une photo durant quelques instants alors, et puis, tandis qu’ils se dé-crispaient ou se détendaient tous, un deuxième craquement se fit entendre. Lynda fit un signe su doigt devant ses lèvres pour intimer les autres à ne faire aucun bruit et sans aucun son les quatre compagnons remirent tout en place en quelques secondes. Puis un craquement se fit entendre dans les escaliers, mais ça ne ressemblait pas à des pas d’homme, c’était trop léger pour ça. Lynda semblait se demander aussi ce qu’il se passait, quand elle se mit à rire un peu en s’avançant vers la porte, lorsqu’elle vite une petite boule de poils noirs glisser sa tête dans l’ouverture. Elle le prit dans ses bras en murmurant des petits mots tout doux à l’animal aux yeux dorés, qui lui ronronnait paisiblement dans les bras de sa maîtresse.

’’*Dommage que ça ne soit pas un compagnon… et qu’elle n’ait pas de pouvoir, ça aurait pu être drôle…*’’

’’*Ouais… mais comment t’es sûr que c’est un animal normal ?*’’

’’*Je lui ai dit ‘’Bonjour !’’ et il m’a répondu ‘’Miaouuuu !’’ c’te con !*’’

La remarque du griffon tira un sourire à son compagnon qui s’avança alors vers Lynda lentement.

’’Et que fait-on de lui, il reste dormir ici ?’’

’’Ben, je pense que oui, il a réussi à sortir de ma chambre là-haut, donc je vais le laisser là…’’

Et l’irlandaise posa son petit chat sur le sol, le laissant s’enfuir dans un coin de la pièce, s’installant sur un coussin et se roulant en boule. Puis elle poussa un long bâillement et proposa enfin la délivrance pour les trois garçons qui commençaient à fatiguer aussi sûrement.

’’Bon, on va dormir ?’’

’’Moi je suis pour… je suis complètement crevé…’’

’’*Aaaah, enfin ! Moi je n’attendais plus que ça !*’’

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Quand un artiste prend ses ailes pour s'envoler dans un monde fantastique... ça donne ça !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
┼ L'oiseau d'Islande ┼
avatar

Messages : 1212
Date d'inscription : 02/06/2010
Age : 42

... Suite ...
Animal: Von (Renard roux)
Etudes: Musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Lun 20 Fév - 1:31

Le râle d’étouffement de l’islandais sembla produire son petit effet car, quelques secondes plus tard, l’allemand tentait de se relever en écrasant le moins de personnes possible. Alex fit de même et Jon, enfin libre, inspira alors une grande bouffée d’air. Pendant ce temps, l’irlandaise essayait de remettre le salon dans un état à peu près potable, à moins qu’elle ne préparait sa riposte en accumulant des coussins. Von et Kara observaient la scène dans leur coin et Dragniz semblait beaucoup s’amuser dans son couloir.

- Ça va ?

Le jeune américain tendit la main vers son petit ami et l’aida à se relever tandis que ce dernier le remercia en souriant.

- Toujours… Takk !

Une fois de nouveau debout, les deux garçons se retournèrent vers leurs amis qui s’étaient terré à l’autre bout de la pièce. Mais la seule chose qu’ils aperçurent finalement fut une masse blanche se dirigeant vers eux et effectivement, ils reçurent chacun un oreiller dans le ventre de la part de Karl et Lynda. Décidément, ces jeunes savaient bien lancer les coussins. Légèrement surpris, Jon et Alex réussirent tout de même à rattraper les deux projectiles qu’ils venaient de recevoir et, empoignant les plumes emprisonnées dans le tissu, ils se préparèrent à riposter, tels deux enfants refusant de grandir. La tension était palpable. Chacun était armé et prêt à faire feu sur son adversaire, déterminé. Seul un léger sourire sur les visages des quatre participants trahissait l’enjeu dérisoire de cette bataille.

- * Suspense ! *

Jon faillit lâcher son oreiller à la remarque de son compagnon et allait lui répliquer quelque chose lorsque soudain, un craquement sonore se fit entendre à l’étage supérieur. Tout le monde sembla alors se figer, comme si le fait de rester immobile et de ne faire aucun bruit suffisait à devenir invisible, et malgré la gravité de l’instant, Jon et Alex étaient hilares et avaient du mal à retenir leurs rires. L’islandais se remémora certaines de ses soirée de jeunesses, pendant lesquelles des parents absents pour la soirée revenaient subitement dans leur maison et chassaient, la plupart du temps, les occupants non identifiés de leur domicile. Lorsque les lumières s’allumaient dans l’entrée et perturbait la fête à l’étage, l’adrénaline se répandait dans le corps de chaque personnes et chacun arrêtait de respirer. Toujours pour rien bien sûr. Car le sérieux et la peur s’évaporent bien vite, surtout lorsque l’on ne craint pas grand-chose et qu’on est plus tout à fait sobre. Seul le propriétaire de la maison envahit essayait généralement tant bien que mal de ranger toutes les choses qui n’étaient plus à leurs place et tentait d’intimer le silence à ses amis.

Un deuxième craquement retentit tandis que le petit groupe était toujours figé dans le salon. La jeune irlandaise posa alors son index sur ses lèvres, signifiant qu’il ne fallait plus faire de bruit, et commença à arranger la pièce en remettant les matelas à leurs places initiales. Jon leva doucement les yeux vers le plafond, tentant vainement de percer le plafond de son regard pour savoir qui pouvait bien se promener là-haut, avant de se retenir de rire une nouvelle fois. Pendant ce temps, les trois autres avaient réussi à rendre à la pièce une apparence tout à fait normale et, à part Jon planté au milieu avec un oreiller dans les bras, rien ne pouvait laisser deviner leur bataille récemment achevée. Alex en profita alors pour saisir la main de son petit ami et pour l’entrainer un peu plus loin, le faisant lâcher son arme au passage.

L’étrange chose se déplaça alors à l’étage et un autre craquement se fit entendre, mais cette fois-ci dans les escaliers. Ca approchait… Ça allait venir ! … Von sifflota l’air du générique de la série « X-Files » en imitant un fantôme pour tenter d’effrayer son compagnon qui, au contraire, faillit éclater de rire. Mais les bruits qui provenaient de l’escalier n’étaient pas assez forts pour être ceux d’un Homme se déplaçant, et le doute s’immisça alors dans l’esprit des membres du petit groupe. Qui pouvait donc venir ainsi, si ce n’était pas les parents de Lynda ?


- * BOUH ! *

- * Une fois encore, raté… *

- * Rhooo… Dommage… Et avec plus de sérieux, à ton avis, c’est quoi ? *

- * J’en sais… Foutrement rien ! *

Von émergea alors finalement de derrière son canapé et en quelques sauts, il rejoignit son compagnon, Kara sur la tête. Pendant ce temps, la jeune irlandaise s’était avancée de quelques pas pour voir qui pouvait donc être la chose qui se déplaçait ainsi au-dessus de leur tête depuis un bien cinq minutes. Une petite boule de poils noirs passa alors la tête dans la pièce et pénétra de quelques mètres dans la pièce avant de rejoindre les bras de sa propriétaire. C’était un petit chat aux pattes de velours, des yeux dorés et de fines oreilles à l’affut.

- * Un chat ! *

- * Quel fin observateur ! *

- * Très drôle… Et pour Kara ? *

L’esprit légèrement embrumé de Jon se réveilla alors pendant un court instant, du moins assez pour comprendre l’enjeu de la remarque de son ami. Et tandis que l’islandais réfléchissait à cette question épineuse, l’allemand échangea quelques mots avec sa nouvelle amie.

- Et que fait-on de lui, il reste dormir ici ?

- Ben, je pense que oui, il a réussi à sortir de ma chambre là-haut, donc je vais le laisser là…

Von sembla atterré de cette remarque et une certaine inquiétude apparut sur le visage d’Alex. L’irlandaise, elle, avait relâché la boule de poils munies de griffes et de crocs qui se baladait maintenant dans la pièce. Pour finir, le chat noir galopa dans un coin du salon et se roula en boule sur un coussin abandonné avant de fermer les yeux pour s’endormir. Finalement, cette boule de poils ne présentait pas vraiment de danger pour le compagnon à plume du jeune américain. Ce dernier avait d’ailleurs retrouvé son sourire, ayant sûrement discuté avec Kara de ce problème, et caressait doucement le dos de la main de Jon avec son pouce. Lynda bailla alors longuement, exprimant ainsi le ressentit de tous les occupants de la pièce, et fit une proposition très alléchante.

- Bon, on va dormir ?

- Moi je suis pour… je suis complètement crevé…

Alex bailla à son tour, obligeant le jeune américain à porter sa main devant ses lèvres, tandis que l’islandais approuva en se grattant le nez.

- Ég er sammála ! (Je suis d’accord)

Et les quatre humains se dirigèrent alors vers les deux matelas installé au milieu de la pièce, surmonté des oreillers et sacs de couchage. Jon et Alex s’assirent sur l’un, les deux adolescents sur l’autre et chacun commença à rassembler ses petites affaires pour dormir. Lynda se leva une dernière fois pour éteindre la lumière principale mais laissa une petite lampe de chevet allumée pour permettre à tout le monde de s’installer correctement. La faible lueur orangée projetait des ombres sur les murs et Von sembla captivé par ces dessins éphémères.

- * Von, faudra que tu dormes sur le canapé… *

- * M’en doutais un peu… *

Et le renard détacha alors son regard des ombres et sauta sur le canapé le plus proche de son compagnon et se roula en boule, Kara entre ses pattes.

- * Bonne nuit… *

Jon afficha un sourire tandis qu’il se couchait sur le matelas, installé comme il pouvait dans son sac de couchage.

- * Bonne nuit Von ! *

Tenir à deux sur un matelas à une place était tout de même assez difficile. Et malheureusement, Alex découvrit cela avec… La dureté du sol. L’islandais ayant en effet décidé de se retourner dans son sac de couchage, il avait dû se tortiller quelque peu pour réussi à pivoter et, dans son élan, avait légèrement poussé le pauvre américain hors du matelas. Ce dernier lança un « Hé » dans sa courte chute et se retrouva sur le sol, effectivement dur. Jon s’assit sur son lit d’un soir et se pencha pour apercevoir son ami, coincé entre les deux matelas.

- Désolé…

Les adolescents étaient hilares mais ne semblaient pas avoir plus de place que les deux adultes et cette chute venait de leur donner un aperçu de leur futur, s’ils osaient bouger. Alex remonta sur le matelas, tandis que Jon se battait avec son sac de couchage pour réussir à remonter la fermeture plus haut que son ventre.

- Andskotans…

Pour finir, l’islandais s’arrangea avec son petit ami et ils ouvrirent alors en grand un sac de couchage pour former une couette et ils s’allongèrent l’un contre l’autre sur le matelas, le sac déplié au-dessus d’eux. Les deux garçons devaient se serrer l’un à l’autre s’ils voulaient tenir entièrement, mais cela ne les dérangeait absolument pas. Jon, qui était tout de même obligé de replier légèrement ses jambes pour avoir les pieds au chaud, en profita pour chuchoter quelques mots à son ami.

- Finalement, c’est sympa un matelas une place…

Alex sourit à l’islandais et posa sa tête sur l’épaule de son petit copain, saisissant au passage sa main sous la couette.

- Bonne nuit !

Karl et Lynda s’étaient également installés et répondirent à la politesse d’Alex. Jon se contenta de répéter la fin de la phrase, après tout, ils comprendraient même sans le début, et ferma les yeux en inspirant doucement l’odeur des cheveux du jeune américain.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
Tjùùùù...


" I am a very positive guy, I am quite happy in general, so... I think that if you think positive, the… The force is with you ! Basically. "

Álafoss - Sigur Rós
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 671
Date d'inscription : 20/02/2011

... Suite ...
Animal: Dragniz, un griffon
Etudes: De tout, avec une dominante musique
Message Personnel:

MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   Mar 21 Fév - 13:13

L’américain bailla à la suite de la jeune irlandaise en portant sa main devant sa bouche. La journée aura été bien longue pour tout le monde, commençant tôt avec une simple balade en ville pour finir en soirée jusqu’à pas d’heure le soir… Karl était fourbu, mais vraiment content, cette journée avait été excellente…

’’Ég er sammála !’’

’’*On va dire que ça veut dire oui ?*’’

’’*T’as pas tort, on va dire ça… aaah, je suis crevé…*’’

’’*Ouais, j’ai cru que la journée n’allait jamais finir avec vous quatre !*’’

’’*Pourquoi ça ? Oh non, oublie, j’ai rien dit…*’’

’’*Trop taaard… tu veux que je te rappelle qui a proposé au fur et à mesure de la journée de nouvelles choses pour occuper le temps ?*’’

’’*Pas que moi ! Enfin, pas toutes…*’’

’’*Héhéhé, qu’est-ce que je disais alors… ah oui, mais c’était cool quand même, je me suis bien amusé… allez, bonne nuit Karl !*’’

Et pendant qu’Alex, Jon, Karl et Lynda se dirigeaient vers les deux matelas à nouveau bien préparés au centre de la pièce, Dragniz partit dans un coin du salon pour s’allonger sur le sol en poussant des petits bâillements de fatigue. Le couple américano-islandais s’assirent sur l’un le temps de ranger leurs propres affaires, Karl posa sa montre et son bracelet irlandais qu’il avait acheté pendant les vacances sur un bord de fauteuil pendant que son amie partit éteindre la lumière principale, laissant la pièce dans le noir si elle n’avait laissé une lampe de chevet allumée qui produisait un faible halo de lumière. Avec l’emplacement de cette lueur orangée, des ombres couraient partout sur les murs pendant que les jeunes finissaient de se préparer à dormir.

Karl vit que Von et Kara étaient partis s’installer sur le canapé de la salle de séjour et s’imagina le lendemain matin si les parents irlandais venaient s’y asseoir en attendant que les adolescents et presque adultes se réveillent, mais il se dit que ça restait fortement improbable. Jon et Alex rentrèrent dans leur sac de couchage dans leur coin pendant que Karl et Lynda commençaient à défaire les leurs pour faire une couverture collective pour ne pas perdre de place… un matelas à une place, même grande, reste qu’à une seule place. D’ailleurs, leurs deux amis semblaient galérer un peu avec le leur, car dans un petit bruit mat de chute et un ’’Hé !’’, Alex se retrouva entre les deux matelas, les écartant un peu. Les adolescents se tournèrent lentement vers la scène pour regarder ce qui se passait, en prenant leur temps pour ne pas subir le même sort que l’infortuné américain… et virent effectivement Jon assis sur le bord du matelas du couple en train de contempler son ami couché sur le sol. L’air navré, il glissa un petit ’’Désolé…’’ à Alex pendant que Karl et Lynda ne pouvaient contenir leur rire plus longtemps et rirent de bon cœur.

’’*VOOOOS GUEEEUUULES !!!*’’

’’*Ah, cette fois-ci c’est pas de ma faute ! C’est eux !*’’

L’air innocent de son compagnon ne sembla pas plaider pour sa cause.

’’*Rien à foutre ! Il y en a qui ne désirent que dormir ! Si on n’a même pas ça, achevez-moi s’il-vous plaît !*’’

’’*Bon, d’accord, on arrête.*’’

L’américain remonta doucement sur le matelas qu’il partageait avec l’islandais pendant que Jon menait une vraie bataille contre son sac de couchage, qui avait l’air d’être un petit peu trop petit pour lui…

’’Andskotans…’’

L’irlandaise chuchota dans l’oreille de son voisin dans un soufflé mais se retint de rire.

’’Hihihi, pas besoin de traduction pour ça…’’

Finalement, les deux plus vieux s’arrangèrent de la même façon que les plus jeunes, mais ils ne semblaient pas avoir vu qu’ils l’avaient fait depuis un moment. Voyant que le calme était enfin rétabli sur le campement, Karl se retourna contre son amie lentement pour ne pas tomber et se blottit tout contre l’irlandaise, les deux amoureux s’enlaçant très fort pour prendre le moins de place possible sur le matelas, et surtout se sentir proche l’un de l’autre. Ils s’échangèrent un baiser mais restèrent sages dans leurs douceurs…

’’Bonne nuit !’’

La voix confuse et à moitié endormie des adolescents produisit un son semblable à celui de l’américain, l’islandais faisant de même. Karl se sentait au paradis dans les bras d’un ange, et se ressassait sans cesse cette journée dans sa tête, l’empêchant quelque peu de dormir.

’’*Bonne nuit mon vieux, fais de beaux rêves…*’’

’’*… le silence est vraiment d’or en ce moment…*’’

’’Allez, dors bien Dragn’ !*’’

’’*Hmmm merci, toi aussi…*’’

L’allemand mit un peu de temps à s’endormir, mais au bout d’une de dizaine de minutes, il fut projeté dans le pays des songes pour faire des rêves merveilleux, parfois le faisant resserrer son emprise sur son amie pour la sentir plus proche de lui. Une belle nuit s’annonçait pour tout le monde…


[HRP] Jon --> Suite du Rp : Ici [/HRP]

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Quand un artiste prend ses ailes pour s'envoler dans un monde fantastique... ça donne ça !



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sous la neige... avant l'effort, le (ré)confort ! [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Khyssian University :: 
Hors de l'enceinte de l'école - Côté humain
 :: ₪ Les bars et restaurants
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit